UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > Antiquité

Antiquité

Buste dit de Pyrrhus, roi d'Epire

Antiquité gréco-romaine

Tête du IIe siècle après J.-C. (?) et buste du début du XVIIe siècle (?)

Buste dit de Pyrrhus, roi d'Epire

Marbre blanc, ony-marbre, marbre noir

H 84 cm

Château de Richelieu, saisie révolutionnaire, 1795

1795-1-20

Notice complète

Cette œuvre, comme les autres bustes de la Collection Richelieu est une antique très restaurée, montée sur un buste décoratif du XVIIe siècle, en marbre blanc plaqué d'onyx posé sur un socle de marbre noir. Le décor fantaisiste du casque paraît être complètement retravaillé. Ce buste est attesté dans les collections du château du Cardinal de Richelieu et apparaît dans l'album Canini au folio 54 avec la mention Pyrrhus.

Le célèbre roi d'Epire (295-272 avant J.-C.) fut appelé à l'aide par les cités grecques d'Italie du sud et fut vainqueur, avec ses éléphants de combat, des Romains en 280 et 281. Contraint de rentrer en Grèce il mourut piteusement à Argos dans un simple combat de rue.

Ce buste, dont l'identification reste arbitraire, était réservé au salon situé au dessus de la chapelle du château de Richelieu, pièce dans laquelle le Cardinal avait réuni les sculptures les plus prestigieuses de sa collection selon un programme iconographique complexe. On y trouvait six statues antiques évoquant quatre des fondateurs de l'empire de la dynastie Julio-Claudienne (Auguste, Livie, Tibère et Germanicus) et deux autres statues illustrant le deuxième âge d'or que fut la fin de la dynastie des Sévères (Alexandre Sévère, et sa mère Julia Mamea). Six bustes masculins complétaient ce décor, groupés deux par deux, alternativement imberbes et barbus : Epaminondas et Macrin, Alexandre le Grand et Pupien, Commode et Pyrrhus.

© MBA Tours, cliché Marc Jeanneteau