UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > Sculpt. 8e - 16e s.

Sculpt 8e - 16e s.

Buste de saint Jean

Anonyme, Tours

Vers 1500

Buste de saint Jean

Calcaire, traces de polychromie

H. 25 cm. ; L. 26 cm. ; P. 17 cm.

Dépôt de la Société Archéologique de Touraine, 2009

Inv. D 2009-2-3 / HG 915.001 .0001

Notice complète

Donné à la SAT en 1915 par Henri Diet, curé de Saint-Pierre-des-Corps

La date et la provenance de cette sculpture sont inconnue mais celle-ci apparaît pouvoir être rattachée à l’ambiance artistique tourangelle de la fin du 15e siècle. Le personnage a été identifié à saint Jean dans la posture qui est habituellement la sienne dans la représentation de la Cène, doucement appuyé sur le Christ. Cette reconstitution est cependant douteuse car on ne possède aucune mention d’un tel groupe sculpté en Touraine à la fin du Moyen-Âge. En outre, l’attitude du personnage ainsi que ses traits douloureux correspondent davantage à une scène de Déploration du Christ ou Vierge de pitié dont la Touraine recèle de nombreux exemples. L’Evangéliste, vêtu d’une chemise très simple à col rond, porte un manteau jeté sobrement sur ses épaules. Bien que la pilosité naissante de la barbe puisse évoquer celle du Buste de jeune homme trouvé rue Banchereau, les traits du personnage ou le traitement des cheveux trahissent une période plus avancée dans le siècle. La manière dont la chevelure mi-longue formes ces boucles souples retombant sur les épaules autour d’un visage juvénile peut être rapprochée d’autres représentations du saint, en enluminure notamment. A ce titre, la comparaison avec le Saint Jean à Patmos des Heures de J. de M. à l’usage de Rome, réalisé vers 1495-1500 par le peintre enlumineur Jean Bourdichon (v. 1457-1521) et d’autres artistes dans la suite du peintre Jean Poyer, est tout à fait éclairante. Le saint présente un port de tête similaire et une coiffure voisine dans ses effets et sa construction ; s’y retrouve cette expression détachée, mélancolique et presque absente des personnages, typique de Poyer. Un en partie de ces caractères se retrouve d’ailleurs dans le vitrail de Saint Jean l’Evangéliste de Poyer déposé par la société Archéologique de Touraine. Mais se sont surtout les dispositions de son manteau simplement jeté sur sa chemise à col rond et le simple repli de cette dernière fait sur le devant du buste qui conduisent à mettre en relation les œuvres. Ce Buste de saint Jean paraît s’inscrire très logiquement dans l’ambiance artistique tourangelle des années 1500.