UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > Sculpt. 17e - 18e s.

Sculpt. 17e - 18e s.

Diane chasseresse (1776)

HOUDON Jean-Antoine

Versailles, 1741 - Paris, 1828

Diane chasseresse (1776)

Bronze

H. 206 cm L. 80 cm pr. 138 cm

Legs Mme Baron, 1884

Inv. 884-3-1

Notice complète

L'artiste conçut Diane dès 1775 par pur plaisir et non sur commande, et la reproduisit dans toutes les matières. Le plâtre, signé et daté 1780, fut acquis par le duc de Saxe-Cobourg-Gotha. Le marbre, signé et daté 1780, propriété de Catherine de Russie, qui fut exposé à Tsarskoié-Selo puis passa à l'Ermitage, appartient aujourd'hui à la fondation Gulbenkian (Lisbonne). Une terre cuite signée se trouve à la Frick Collection. Il existe trois bronzes : l'un, signé et daté 1782, se trouve à San Marino (Californie) ; un second de 1790 fut exposé au Salon de 1802 et vendu au Louvre après la mort du sculpteur. Celui de Tours, donné par Mme Baron propriétaire du château de Langeais, fondu par Carbonneaux en 1839, signé et daté de 1776, fut sans doute exécuté à partir du plâtre original.

L'art de Houdon doit beaucoup à l'étude de la nature et de l'anatomie. Diane fut refusée aux salons de 1775 et 1777 à cause de son "inconvenance" selon le mot du Premier peintre Pierre, mais fut exposée à la Bibliothèque du roi. En outre, Diane dénote un effort vers l'idéalisation, un intérêt nouveau pour l'antique qui lui confèrent un caractère historique exceptionnel.

© MBA Tours, cliché Marc Jeanneteau