UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 17e s. Ecole du Nord

17e s. Ecole du Nord

Portrait de jeune femme (vers 1630-1640)

VAN DER HELST Bartholomeus attribué à

Haarlem, 1613 - Amsterdam, 1670

Portrait de jeune femme (vers 1630-1640)

Huile sur bois

H. 70,1 cm L. 56 cm.

Acquis en 1981

Inv. 1981-7-1

Notice complète

Fils d'un aubergiste d'Haarlem, van der Helst s'installa à Amsterdam sans doute peu avant 1636, son premier tableau daté, un portrait de groupe des régent de l'orphelinat Wallon date de 1637.

À Amsterdam, van der Helst était contemporain de Rembrandt. Il s'imposa bientôt comme le portraitiste le plus réputé de la ville, avec des portraits flatteurs dans la veine d'Antoine Van Dyck plus « commerciaux » que ceux de Rembrandt. Certains élèves de Rembrandt, adoptèrent ainsi ultérieurement le style de van der Helst de préférence à celui de leur maître.

Se détachant sur un fond neutre mais assez clair, cette jeune femme appartient visiblement à l'opulente bourgeoisie commerçante des Pays-Bas. Plutôt qu'une étude psychologique, l'artiste a préféré s'attacher à rendre avec précision tous les détails physiques de son modèle, son doux sourire, ses traits peu expressifs et son regard lointain. Ce portrait demeure saisissant par son réalisme et par l'extrême raffinement de l'exécution, la virtuosité des délicats détails des dentelles de la coiffe, des broderies de la robe et surtout des jeux de transparence de l'immense fraise à godrons qui enserre strictement le cou de la jeune femme.

Les qualités picturales de cette oeuvre ainsi que la palette retenue de l'artiste, réduite à une gamme de tons sourds, peuvent également évoquer Ravesteyn ou Mierevelt, mais surtout la première période de création de Bartholomeus van der Helst, dans les années 1630-1640, où fidèle aux leçons de Hals et de Rembrandt, ce très grand portraitiste pratique un art sévère se limitant aux poses frontales simples et aux harmonies austères à tendance monochrome.


© MBA Tours, Cliché Patrick Boyer