UA-10909707-12

COVID-19 Pass sanitaire

En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > Dessins 18e s.

Dessins 18e s.

Le sacrifice de Polyxène

GOUDIN Guillaume

Toulouse, 1740 - ?, 1807

Le sacrifice de Polyxène

Camaïeu de gouache bleue et blanche sur papier blanc

H. 46,4 cm. ; L. 66 cm.

Legs comtesse de Trobriand, 1895

Inv. 1924-301-17

Notice complète

Guillaume Goudin, dessinateur de sujets historiques, enseigne cette discipline à l’Académie royale de peinture et de sculpture à partir de 1786, devenue l’École des Arts après la Révolution. Il dévoile ici tout son talent à travers le rendu maîtrisé de camaïeux de bleu et de blanc.

Cette œuvre, librement inspirée des tragédies grecques et romaines, décrit l’instant précédant le sacrifice de Polyxène, fille du roi Priam, à côté du tombeau de son bien-aimé Achille. Sur les trois marches qui forment une scène de théâtre, la princesse troyenne s’offre avec désespoir au poignard de son bourreau poitrine dénudée, la main sur le cœur, la bouche légèrement ouverte et le regard tendu vers les cieux.

Tandis que l’arrière-plan est envahi par la fumée s’échappant du tombeau, le premier plan est scindé en deux par un fort contraste d’ombres et de lumières. Les deux vieillards plongés dans la pénombre expriment leur deuil avec des gestes pleins de retenue alors que les femmes puissamment éclairées et accompagnées de leurs enfants nus manifestent leur peine avec une gestuelle grandiloquente.