UA-10909707-12

> > Sculpture

Sculpture

Joueuses de boules (1912)

GAUMONT Marcel

Sorigny 1880 – Paris 1962

Joueuses de boules (1912)

Biscuit de porcelaine dure

40,5 x 20,5 x 21 cm

Envoi de l’Etat, 1932

Inv : D 32-1-12

Notice complète

Elève de François Sicard (1862-1934) et de J.-F. Coutan (1848-1939), tous les deux disciples de Cavelier, Marcel Gaumont obtient le prix de Rome en 1908 ; à la suite de son séjour à la villa Médicis, il expose régulièrement aux Salons et dans les galeries parisiennes.

Parmi les œuvres de ce sculpteur tourangeau citons les monuments aux morts de Cluny, du lycée Saint-Louis à Paris, de l'école Centrale de Laon, de l'Hôtel de Ville de Tours ainsi que le mémorial de Liège... Les sculptures de Marcel Gaumont ornent châteaux (Longchamp), églises (Gennevilliers, Gentilly), édifices administratifs (Chambre de Commerce de Cambrai, Messageries Maritimes), musées (frises du Palais de Tokyo), bibliothèques (bas-reliefs du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale), paquebots (Le Liberté, L'Ile-de-France). Pour la réalisation des décors de monuments, églises, hôtels particuliers... il collabore avec des architectes, en particulier avec Camille Lefèvre, Marcel Boille et Pierre Leprince-Ringuet. Marcel Gaumont succède à Paul Landowsky en tant que chef d'atelier à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris.

Ses nombreuses œuvres sont récompensées par une médaille d'or à l'Exposition Universelle de 1935 et il obtient un grand prix à celle de 1937. Un an plus tard, Gaumont devient officier de la Légion d'Honneur et, enfin, membre de l'Académie en 1945.

Le Musée des Beaux-Arts de Tours conserve plusieurs œuvres de cet artiste, projets de décors, maquette de monuments aux morts, ou petites sculptures qui témoignent d'un autre aspect de l'art de Gaumont.

Joueuses de boules

Marcel Gaumont réalise pendant son séjour à Rome un modèle en plâtre des Joueuses de boules, cette œuvre sera exposée en 1913 à Paris, Galerie La Boétie à la Première exposition des Artistes tourangeaux, puis un an plus tard elle sera présentée au Salon.

En 1925 la Manufacture de Sèvres passe un contrat avec Marcel Gaumont afin d’éditer les joueuses de boules. Cette sculpture sera reproduite en biscuit et en grès à la Manufacture en 1926, qui possède encore actuellement les moules de cette œuvre.

Ces adolescentes au chapeau rond à large bord et à la robe courte et souple ont été souvent représentés par Marcel Gaumont dans les années 1920. Citons en particulier Le Printemps (Collection particulière), Le courrier (collection particulière), Daphnis et Chloé (Tours, musée des Beaux-Arts). Ces sculptures pleines de charme, révèlent la personnalité sensible de l’artiste qui manifestement ne sut pas toujours s’exprimer avec autant de liberté et d’esprit créatif dans les commandes officielles. En effet, ses réalisations pour les édifices religieux, ou ses monuments aux morts sont plus conventionnels.

La matière lisse du biscuit, sans aspérité aucune et sans brillance, laisse glisser la lumière, qui souligne les rondeurs des chapeaux, celle des genoux, des épaules, des coudes et caresse les lignes souples des robes. Le léger déhanchement des adolescentes, et la flexion du corps de l’une d’entre elle accentuent avec élégance la souplesse de l’ensemble.