UA-10909707-12

Horaires d'été

Horaires d'été : 10h - 18h00. Du 5 juillet au 5 septembre

COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, un pass sanitaire et une pièce d’identité seront exigés pour toutes les personnes de 18 ans et plus, pour accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.
Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > Sculpture

Sculpture

Maquette de Fontaine pour la Casa Vélasquez

GAUMONT Marcel

Sorigny, 1880 - Paris, 1962

Maquette de Fontaine pour la Casa Vélasquez

Plâtre

4,25 x 0,50 x 0,50 m

Don de l'artiste 1937

Inv. 1937.203.1

Notice complète

Ce plâtre est une esquisse préparatoire pour un pilier qui devait décorer un bassin, au centre du patio de la Casa Vélasquez à Madrid.

Cette œuvre avait été commandée à Marcel Gaumont par son ami l’architecte Camille Lefèvre (Tours, 1876- Yerres, 1946), appelé par l’Académie des Beaux-Arts à succéder à l’architecte Chifflot pour achever ce bâtiment. La Casa Vélasquez devait, auprès des artistes, jouer en Espagne le rôle tenu en Italie par la Villa Médicis. Inaugurée en 1935, elle fut malheureusement détruite un an plus tard par la guerre civile. En 1959 un nouveau bâtiment réalisé par Haffner remplacera ce premier édifice en reprenant en partie les plans de Camille Lefèvre.

Le musée des Beaux-Arts de Tours possède des photographies des projets de Camille Lefèvre qui témoignent que ce pilier était effectivement prévu.

Cependant, des photographies plus récentes, réalisées peu de temps avant la destruction du bâtiment, ne montent pas l’œuvre de Gaumont ; de plus des documents d’archives et des témoignages d’anciens pensionnaires de la Casa Vélasquez semblent concorder pour affirmer que la fontaine ne fut jamais édifiée. Il est possible que le projet n’ait pu être mené à bon terme pour des raisons économiques, ou que la guerre civile ait interrompu les derniers travaux.

Des maquettes ont été réalisées en 1935 dans l’atelier parisien de Marcel Gaumont, rue Ferrandi. Des photographies (Paris, Centre Beaubourg) prise par Marc Vaux prises dans l’atelier de l’artiste à l’époque de la réalisation de cette œuvre présentent en effet les maquettes du pilier et la version définitive en pierre. Une petite maquette, également conservée au musée des Beaux-Arts de Tours est réalisée au 1/5 e de la grande. Si les motifs sont esquissés rapidement sur le petit pilier, ils sont détaillés avec recherche sur la grande version.

La mythologie sera une source d’inspiration constante pour Marcel Gaumont, qui y puise – comme nombre de ses contemporains ayant séjourné à Rome – les thèmes de ses sculptures. Il exécute alors des œuvres fortes, qui font preuve d’un esprit inventif. Les maquettes pour le Casa Vélasquez se rattachent à cette production. « Marcel Gaumont a fait don au musée de tours de la maquette du monument élevé à la Casa Vélasquez à Madrid. C’est une haute pyramide quadrangulaire, (sic)… les faces sont ornées de personnages empruntés à la Mythologie grecques. L’artiste y a groupé, entourés d’ornements et d’attributs les dieux de l’Olympe de Zeus à Aphrodite (La Dépêche, 14 mai 1937). Sont encore représentés : Éros, Daphnis et Chloé, les Trois Grâces, Athéna, Léda et le cygne, Pégasse… Certains de ces motifs se retrouvent sur d’autres œuvres de Marcel Gaumont. Ainsi les Trois Grâces, décorent-elles un bas-relief du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale, Éros un bas-relief du château de Longchamp…

Les quatre faces du pilier sont surchargées de sculptures traitées en demi-relief sur un fond plat. Personnages et motifs s’épousent les uns les autres en formant des ondulations maniéristes et manifestent l’attachement de Marcel Gaumont à l’Art nouveau, style qu’il perpétue avec une certaine sensualité. Il est possible que pour la mise en page de ces piliers, de même que pour le modelé des sujets, l’artiste se soit inspiré de piliers de l’Égypte antique, comme semble l’indiquer un carnet de croquis du sculpteur conservé par sa famille