UA-10909707-12

Horaires d'été

Horaires d'été : 10h - 18h00. Du 5 juillet au 5 septembre

COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, un pass sanitaire et une pièce d’identité seront exigés pour toutes les personnes de 18 ans et plus, pour accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.
Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > Sculpture

Sculpture

Vierge à l'Enfant

Anonyme. Flandres, Malines

Fin du XVe, début du XVIe siècle

Vierge à l'Enfant

Noyer polychromé

H. 36 cm. L. 11,5 cm. Pr. 8 cm.

Legs Monseigneur Marcel, 1973

Inv. 1973.3.11

Notice complète

Cette statuette de la Vierge à l'Enfant, appartient à un groupe typique de sculptures, connues sous le nom de "poupées malinoises", en raison de leur visage poupin.

Près de trois cents de ces Vierges ont été recensées dans des collections publiques et privées, tant en Europe qu'aux Etats-Unis.

Elles présentent des caractères à peu près constants : dimensions, visage, traitement de la chevelure, style du vêtement, organisation du drapé.

On s'accorde aujourd'hui sur leur datation qui se situerait, (en raison de facteurs historiques, mais aussi stylistiques, notamment de l'évolution du costume, de la coiffure et de l'influence progressive de la Renaissance...) entre les dernières années du XVe siècle et les environs de 1520.

Peu de variantes iconographiques ont été observées : très nombreux sont les groupes où l'Enfant feuillette un livre que tient la Vierge (dans quelques sculptures l'Enfant tient un fruit dans sa main).

Le costume de la Vierge se compose d'une robe au décolleté généralement carré plus ou moins échancré, et d'un manteau aux larges et nombreux plis. Sa tête, aux cheveux ondulés qu'elle porte défaits, est ceinte soit d'un bourrelet correspondant à la mode du XVe siècle, soit d'une couronne métallique.

Ainsi se présente la statuette exposée dont l'arrière de la tête offre le décrochement nécessaire à la fixation de la couronne, qui a disparu.

Les auteurs de ces sculptures restent encore inconnus, mais ils manifestent une grande unité dans le style et la facture ainsi que dans le soin apporté à leur exécution. En effet, le visage de la Vierge est fin et ses mains sont bien dessinées. Les ondulations des cheveux sont tracées à la gouge en demi-lunes superposées et, fidèles à la tradition gothique, les sculpteurs ont multiplié les drapés du vêtement, terminant des plis qui se cassent sur le sol.

Enfin, l'usure de la polychromie qui affecte surtout les vêtement, révèle que les statuettes étaient soigneusement dorées et brunies avant d'être partiellement rehaussées de couleurs. La robe rouge de la Vierge est bordée d'or, son manteau, doré à la feuille, présente une bordure au décor en relief imitant galons et passementerie, le buste est agrémenté de motifs de brocarts sur feuilles d'argent.

De telles statuettes, destinées surtout à la dévotion privée, étaient présentées isolément ou dans de petits retables domestiques.

© MBA Tours, cliché Marc Jeanneteau