UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > Arts graphiques

Arts graphiques

Etude pour "Les Licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils" 1787

DAVID Jacques-Louis

Paris, 1748 - Bruxelles, 1825

Etude pour "Les Licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils" 1787

Pierre noire, estompe et rehauts de craie blanche sur papier vergé bistre, mise au carreau à la pierre noire

H. 56,6 cm L. 43,2 cm

Don Aline Vinchon, 1922

Inv. 1922-306-3

Notice complète

Les Bâtiments du Roi lui ayant passé commande d'un tableau pour le Salon de 1787, David préfère traiter un tout autre sujet que celui qu'il avait choisi au départ. Brutus, personnage exemplaire de courage et de civisme dont les Philosophes ont fait une figure fétiche, est mis en scène dans un épisode inventé par le peintre pour accroître le drame. Présenté en 1789, l'œuvre se charge d'une signification révolutionnaire et le peintre pourra souligner en 1793 "l'analogie entre la conduite de Brutus et celle qu'aurait dû tenir Louis XVI à l'égard de son frère et de ses autres parents qui conspiraient aussi contre la liberté de leur pays". Or la composition, qui se défait des principes académiques de liaison des groupes souligne "l'effet dévastateur de la rigueur prônée par le personnage public" en une scène intime et douloureuse. A l'extrême droite, la profonde prosternation de la servante se voilant la face est la forme paroxystique du pathos des femmes, terrible conséquence d'un acte qui semble relever davantage du fanatisme et de la cruauté que du patriotisme.

L'esquisse de Tours est un travail préparatoire pour la figure féminine se voilant la face, à l'extrême droite de la peinture. Directement en rapport avec la composition définitive, cette très belle étude est actuellement le seul dessin connu pour le Brutus qui soit exécuté dans une technique aussi aboutie. Cette étude pourrait avoir comme point de départ le petit croquis de Femme assise dans un fauteuil conservé au musée du Louvre. Toutefois, en raison de la musculature très marquée, certains commentateurs ont émis l'hypothèse que la figure avait été posée par un homme, malgré la représentation du sein. Comme pour ses études pour Socrate David représente l'ensemble du personnage témoignant ainsi de l'attention avec laquelle il scrute le modèle vivant.

Dans ce dessin mis au carreau qui précède immédiatement la peinture, la monumentalité du personnage, le modelé puissant de la draperie au traitement poussé, plus pictural que graphique, le geste retenu avec lequel la femme cache son visage, sont autant d'éléments annonçant l'œuvre achevée. La mise en place est définie avec précision : inscription de la figure dans un triangle, lignes syncrétiques, effets de géométrisations. Cette esquisse magnifique est déjà empreinte de toute la signification que confèrera au personnage l'ordonnancement final.

CollectionsAchevé en 1789, présenté au Salon de la même année, Les Licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils apparaît comme une des œuvres magistrales de Jacques-Louis David. Après la reprise de la pièce de Voltaire en 1790 avec le décor qui en est inspiré et sa seconde exposition au Salon de 1791, le tableau est considéré comme un manifeste républicain d'une portée exemplaire.

© MBA Tours, cliché J.-J. Moreau