UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > Arts graphiques

Arts graphiques

Etude académique

CIPRIANI Giovanni Battista

Florence, 1727 - Londres, 1785 ou 1790

Etude académique

Pierre noire, rehauts et lavis de sanguine sur papier vergé blanc

H. 18,7 cm L. 31,4 cm.

Provenance indéterminée

Inv. 1947-332-1

Notice complète

Peintre, graveur, dessinateur, Cipriani se forme d'abord à Florence, puis à Rome où il acquiert sa technique du dessin en étudiant et copiant les œuvres néoclassiques de l'académie d'Antonio Domenico Gabbiani. Mais il travaille surtout en Angleterre comme décorateur et restaurateur pour la famille royale et pour une grande partie de la noblesse anglaise. Artiste prolifique, il a réalisé un nombre considérable de dessins : plus de mille feuilles furent vendues dans l'année qui suivit sa mort.

La provenance de ce dessin est aujourd'hui encore assez obscure. Il apparaît en 1840 dans la vente Dupan, précisément décrit dans le catalogue parmi les dessins de l'école anglaise. Plusieurs dessins de Cipriani d'académies d'après des modèles nus, surtout masculins, sont récemment réapparus sur le marché de l'art, vendus en particulier chez Sotheby's. Tous ne présentent pas le caractère d'achèvement du dessin de Tours, mais les techniques de sanguine ou de pierre noire, parfois associées, sont constantes. Cipriani s'abstient souvent de préciser la forme des mains, se contentant d'en indiquer les doigts par de rapides traits. On serait tenté d'avancer que ce dessin a été conçu en pensant à la reproduction gravée. Ce genre de gravures, de diffusion aisée, était destiné à la formation des jeunes artistes et amateurs, et leur succès est lié à l'institutionnalisation des académies de dessin au cours du XVIIIe siècle. Un volume de neuf planches gravées d'après les dessins d'études de Cipriani intitulé Cipriani's Rudiments of Drawings fut réalisé à Londres en 1786 par Bartolozzi et un autre recueil de cinquante planches d'après les dessins de Cipriani fut gravé par Richard Earlom trois ans plus tard.

Sur le dessin de Tours, la date du 27 décembre 1784, portée au verso, est un autre indice de cet intérêt porté à l'œuvre dessiné de l'artiste d'origine florentine, assimilé par la suite à l'école anglaise.

Originaire de Pistoia, Cipriani fut, à Florence, l'élève d'Ignazzio Hugford, avec lequel il collabora vers 1748 à la réalisation des peintures de l'abbaye de Vallombrosa. Il perfectionna son style d'inspiration néoclassique à Rome où il resta trois ans (1750-1753). Selon les spécialistes, les dessins d'académie connus datent de la période florentine de l'artiste qui s'achève en 1755, quand Cipriani part pour Londres, où il connut une brillante carrière de peintre d'histoire et de décorateur.

En 1777, Cipriani fut chargé par le roi Georges III de restaurer les peintures de Rubens de la Banqueting House, Whitehall, à Londres. Il fut l'un des fondateurs de la Royal Academy et il figure à ce titre dans le tableau de Zoffany montrant les premiers membres de cette institution.