UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > Arts graphiques

Arts graphiques

La mosquée du Sultan Ahmet à Constantinople

CASSAS Louis-François

Azay-le-Ferron, 1756 - Versailles, 1827

La mosquée du Sultan Ahmet à Constantinople

Aquarelle, plume et encre de chine sur papier vergé blanc

H. 59,2 cm L. 100,7 cm

Achat, galerie Gosselin, Paris, 1962

Inv. 1962-18-1

Notice complète

Ce dessin, postérieur au séjour de l'artiste à Constantinople (1784) est réalisé d'après des croquis notés sur le motif. Ceci est confirmé par le caractère classique et composé de la mise en page. Cette aquarelle à la facture traditionnelle séduit par les mille et un détails de son exécution. L'artiste s'est longuement arrêté sur les personnages, rappelant par la virtuosité de sa plume, la sureté et la souplesse de son tracé.

La terrasse du premier plan avec ses groupes d'orientaux est pour Cassas le moyen de représenter un thème "l'activité quotidienne à Constantinople", thème qui s'articule avec celui de l'architecture au second plan, sans lui disputer la présence.

Les contrastes d'activités sont le vrai sujet de ce dessin. Ainsi se côtoient le travail des Turcs déchargeant leurs montures, les loisirs des trois Européens coiffés du bicorne visitant la ville, l'amusement d'une troupe de jeunes gens montés sur des chevaux et jouant au gérid (sorte de joute avec une canne), et enfin, le cortège d'un personnage important se dirigeant vers la mosquée.

Toute cette animation donne à l'œuvre un caractère anecdotique et une saveur particulière. A l'arrière, la grande mosquée occupe, avec le vieux sérail, la quasi totalité du sommet de la troisième colline de la ville. Les coupoles, les demi-coupoles et minarets s'élèvent au-dessus d'une végétation de cyprès et de platanes.

Singulier par sa technique, ce dessin révèle le "secret" du paysage composé dans l'atelier de Cassas. Toute la partie colorée a été découpée et contrecollée sur une feuille de papier. Ainsi, la silhouette nette du "paysage" se découpe-t-elle parfaitement sur le fond neutre donnant presque l'impression d'une apparition, d'un mirage. Curieusement, deux autres grands dessins de Constantinople, actuellement dans des collections privées, sont exécutés avec la même technique de découpage et un moyen format dans les collections de Tours, Etude de bédouins devant la porte du temple du Soleil à Palmyre.