UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 18e siècle

18e siècle

Apothéose de l'Ordre des Trinitaire

MAULBERTSCH Franz Anton

Langenargen, 1724 - Vienne, 1755

Apothéose de l'Ordre des Trinitaire

Huile sur toile

H. 79 cm. ; L. 40,6 cm.

Achat collection Schmidt, 1874

1874-5-56

Notice complète

Dans l’Antiquité, l'apothéose est l'acte par lequel on divinise un être humain après sa mort. Mais l'idée qu'un homme puisse devenir Dieu est contraire à la vision chrétienne. Aussi le mot apothéose renvoie dans la religion catholique simplement à la montée au ciel et à la glorification posthume d’un saint.

Ce tableau est une esquisse du retable d’autel de l’abbatiale des Trinitaires de Trnava en Slovaquie. Il glorifie Jean de Matha et Félix de Valois fondateurs en 1198 de l’Ordre des Trinitaires, chargé de racheter les chrétiens réduits en esclavages par les musulmans. Les deux saints sont accueillis dans les cieux par la Sainte Trinité : Dieu le père, le Christ tenant la croix et la colombe du Saint-Esprit. Créé lors des croisades, puis quelque peu oublié, l’ordre des Trinitaires retrouva au 18e siècle une grande importance dans les pays germaniques, alors en lutte contre l’Empire ottoman. La dévotion accordée aux saints, intercesseurs entre Dieu et les Hommes, s’est traduite par une longue tradition : le culte des reliques.