UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 18e siècle

18e siècle

Portrait d'homme

TOCQUE Louis, école de ?

Paris, 1696 - Paris, 1772

Portrait d'homme

Huile sur toile

93,5 x 75 cm

Legs de la Comtesse Aimée-Adélaïde de Trobriand en 1895, récupéré dans un bâtiment municipal en 1924

Inv. : 1924-1-37

Notice complète

Ce portrait provient de la collection de la comtesse de Trobriand, mais n’est pas mentionné sur l’inventaire de ce legs. Si la mise en page reprend une formule proche de nombreux modèles de Louis Tocqué, la qualité en revanche ne permet pas d’attribuer le tableau à cet artiste. Il faut plus vraisemblablement le classer parmi les productions d’un peintre proche du portraitiste et de son atelier. L’homme est assis à sa table de travail, le buste tourné de trois-quart à droite et le regard dirigé vers l’extérieur de la toile.

La belle veste de velours gris bleuté aux reflets changeants est peinte avec habileté, mais en revanche le visage et les mains ont un aspect inachevé qui perturbe l’harmonie de l’ensemble. Les tons froids et durs, presque heurtés, utilisés par l’artiste pour la représentation des chairs, sans utilisation de demi-tons, sont en contraste évident avec le réalisme raffiné avec lequel est peint le costume de cet homme. Cette différence notable peut laisser supposer que deux artistes sont peut être intervenus sur ce portrait.

Texte extrait du catalogue raisonné Peintures françaises du XVIIIe s. Musée des Beaux-Arts de Tours / Château d'Azay-le-Ferron, par Sophie Join-Lambert

Silvana Editoriale, 2008