UA-10909707-12

Horaires d'été

Horaires d'été : 10h - 18h00. Du 5 juillet au 5 septembre

COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, un pass sanitaire et une pièce d’identité seront exigés pour toutes les personnes de 18 ans et plus, pour accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.
Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Fleurs, raisins blancs et noiors (1831)

RICHÉ Adèle

Paris, 1791 - Fontainebleau, 1878

Fleurs, raisins blancs et noiors (1831)

Huile sur toile

H. 90 cm. ; L. 75 cm.

Don Marie Corvée, 1896

Inv 1896-3-1

Notice complète

Fille d'un Premier jardinier du Jardin des Plantes à Paris, Adèle Riché est initiée à la botanique par son père, responsable de la serre chaude depuis 1801 et au dessin par van Daël et de van Spaendonck, peintres de fleurs établis à Paris.

Cette œuvre remarquable de virtuosité, offerte au musée par une ancienne élève de l'artiste, représente un exemple caractéristique de la conception hollandisante de la peinture de fleurs importée en France par les maitres d'Adèle Riché, et triomphe depuis l'Empire et la Restauration jusqu'au milieu du XIXe siècle. Le sujet est composé comme une nature morte, posée sur un entablement de pierres. Les différentes espèces, empruntées contre toute vraisemblance à plusieurs saisons, sont minutieusement analysées et traitées au moyen d'une facture lisse et porcelainée qui intensifie le caractère précieux du bouquet.

Montrant une grande virtuosité dans la maîtrise de l'aquarelle, elle n'aborde la technique picturale qu'exceptionnellement, mais avec succès. En 1831 pour un tableau de fleurs à l'huile, elle reçut de Louis-Philippe la médaille d'or qui est la récompense la plus élevée à laquelle un peintre de fleurs puisse aspirer. La duchesse de Berry et l'administration du musée du Luxembourg tentèrent lui acheter cette toile, mais son père ne voulut pas lui permettre de s'en dessaisir.

© MBA Tours, cliché Gérard Dufresne