UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

L’église de Gragnague, 1884

DEBAT-PONSAN Edouard-Bernard

Toulouse, 1847 - Paris, 1913

L’église de Gragnague, 1884

Huile sur toile

H. 34,7 cm. L. 50

Don Simone Morizet, 1981

Inv. 1981-1-4

Notice complète

C’est à partir des années 1850 qu’Edouard Debat-Ponsan et sa famille prirent l’habitude de se retrouver dans leur propriété familiale de Préousse située dans la commune rurale de Gragnague à l’est de Toulouse. Au cœur de la Vallée du Girou, le village est installé sur une colline qui permettait de protéger les habitations des eaux longtemps non canalisées du Girou.

Au cours de ces séjours, le peintre s’est inspiré des motifs environnants comme l’église Saint-Vincent construite au début du 19e siècle à l’emplacement de la chapelle du château des seigneurs de Gragnague. De part et d’autre de l’édifice, les maisons aux toits de briques rouges viennent arrêter la perspective ascendante du champ et des allées d’arbres situés au premier plan. Le peintre avait certainement posé son chevalet au bas du village pour réaliser cette petite huile sur bois caractéristique des nombreuses esquisses qu’il réalise en plein air au moyen d’une touche libre et d’un cerne rapide des volumes. Plus que la représentation du motif, c’est le travail des nuances colorées de vert, d’ocre et le passage de la lumière que l’artiste tente de saisir dans cette œuvre.