UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Velpeau enseignant à l'hôpital de la Charité (vers 1864)

FEYEN-PERRIN Augustin

Bey-sur-Seille, 1826 - Paris, 1886

Velpeau enseignant à l'hôpital de la Charité (vers 1864)

Huile sur toile

H. 170 cm. ; L. 233 cm.

Dépôt de l'Etat, 1896. Transfert de propriété de l'Etat à la Ville de Tours, 2010

Inv. 1896-1-1

Notice complète

L'envoi de ce tableau à Tours, acquis par l'Etat à l'artiste en 1879, se justifie par les origines tourangelles du grand chirurgien, décédé en 1869, cinq ans après l'achèvement du tableau par Augustin Feyen-Perrin.

Le médecin est représenté donnant un de ses célèbres cours d'anatomie à la Faculté de médecine de Paris, en une scène qui n'est pas sans rappeler La Leçon d'anatomie du docteur Tulp de Rembrandt comme le souligne alors la critique contemporaine. Le tableau est fortement redevable du courant réaliste par l'ampleur de la composition élevant un sujet des plus brutal au rang de la peinture d'histoire.

La musculature puissante de l'assistant au premier rang à gauche, la crudité de la lumière tombant sur le corps nu, le modelé vigoureux des physionomies des différents protagonistes qui constituent une galerie de portraits répartis autour de la figure centrale de Velpeau, le coloris sombre enfin accréditent l'influence du mouvement pictural né en France autour de 1848, illustré par Gustave Courbet.

La force austère de cette œuvre contraste avec la joliesse et l'élégance des sujets bretons dont le peintre s'était fait une spécialité et dont le musée de Tours conserve un exemple avec la Tricoteuse de Cancale.

© MBA Tours, cliché Gérard Dufresne