UA-10909707-12

Nouvelle téléphonie

Le musée met en place sa nouvelle téléphonie.
Pour nous contacter :
Accueil - Secrétariat : 02 42 88 05 90
Billetterie - Boutique : 02 42 88 05 93
Pour tout savoir, rubrique "Contacts"

> > > 19e siècle

19e siècle

Simone Debat-Ponsan dans sa loge à l’Opéra, 1908

DEBAT-PONSAN Edouard-Bernard

Toulouse, 1847 - Paris, 1913

Simone Debat-Ponsan dans sa loge à l’Opéra, 1908

Huile sur toile

H. 115 cm. L. 89 cm.

Don Simone Morizet, 1977

Inv. 1977-2-1

Notice complète

Dernière fille du peintre, Simone Debat-Ponsan (1886-1986) est la principale et généreuse donatrice des œuvres de son père au musée de Tours et dés 1970, elle se mobilise auprès de musées parisiens et de spécialistes de la peinture du 19e siècle en vue de susciter l'organisation d'une exposition pour raviver la mémoire artistique de son père. Elle plaide en sa faveur en supposant que le public serait "heureux des tableaux peints d'un œil doué, sensible, direct et sain. Dans notre époque troublée et nerveuse, je pense que le public apprécierait cette sérénité. Ne pourriez-vous entreprendre dans des petites salles une exposition intime et bien choisie de l'œuvre inconnue de mon père".

L'exposition que Simone Morizet-Debat-Ponsan appelle de ses vœux se tiendra en 1973 à Tours, Brest et Toulouse. C'est à la suite de cette première manifestation que la fille de l'artiste offre son portrait au musée.

En 1908, année de son premier mariage avec Jacques Dupré, Simone Debat-Ponsan est âgée de vingt-deux ans. Destinée au Salon, cette œuvre qui s'apparente au portrait d'apparat rompt avec le style plus libre que l'artiste adopte généralement dans la représentation des membres de sa famille, particulièrement lorsqu'il s'agit de sa femme et de ses enfants.

Se souvenant des leçons de Cabanel, il revient aux éclairages d'atelier et à l'utilisation du clair-obscur, choisissant une lumière latérale qui plonge le modèle dans la pénombre et lui confère une gravité mystérieuse. La monumentalité du cadre architectural, le rouge de la loge et le port de la robe du soir, décrite avec une sobriété qui n'en souligne pas moins l'élégance, la facture lisse et le dessin linéaire répondent aux canons de la peinture académique, encore très appréciée au début du 20e siècle des visiteurs du Salon des Artistes Français.