UA-10909707-12

> > Actu et événements

Actu et événements

Suivez nos actualités
sur les réseaux sociaux !

visite mode d'emploi

Le musée ouvre le 19 mai dans le respect des mesures sanitaires préconisées par le gouvernement.

Ainsi la jauge est actuellement fixée à 8m2 par visiteur, soit 220 personnes sur l'ensemble des salles.

Les visites sont libres et sans réservation

Conditions de visites / visit condition

- Port du masque obligatoire / Mask must be worn at all times

- Visite selon un parcours à sens unique / Self-guided (one-way only)

- Respect des règles de distanciation social et des consignes d’hygiène / Compliance with distance rules and hygiene instructions

- Paiement sans contact conseillé / Contactless payment recommended

- Accès au Toilettes uniquement à l’entrée, réservé aux visiteurs du musée /Access to the toilets only at the entrance, for visitors only

L’équipe du musée des Beaux-Arts est heureuse de vous accueillir à nouveau et de se tient à votre disposition pour toute question.

The team of the Museum of Fine Arts is pleased to welcome you and is at your disposal for any questions

Nous vous souhaitons une bonne visite. / We wish you a pleasant visit

Journées Européennes de l'archéologie

19 et 20 juin 2021

À l’occasion des Journées Européennes de l’Archéologie, le Musée des Beaux-Arts propose des des visites-flash samedi après-midi dans le parcours des collections permanentes et dimanche, toutes les 30 minutes, dans le souterrain gallo-romain du musée.

Découverte des collections de sculptures et de peintures, de l’Antiquité au XIXe siècle, au prisme de leur relation avec les découvertes archéologiques qui ont marqué chaque époque de l’histoire de l’art depuis la Renaissance et sa quête de l’art antique jusqu’à la constitution de l’archéologie en discipline historique moderne.

Jusqu'à la Renaissance, les prospections sur le terrain sont uniquement destinées à la collecte de "beaux objets", que les antiquaires amassent dans leurs collections privées. Ce n'est qu'à partir du XVIIIe siècle, que les premières fouilles s'organisent véritablement en Europe. La redécouverte des cités de Pompéi et d’Herculanum, ensevelies sous les cendres du Vésuve, représente une opportunité inédite d’observer les vestiges de cette ville antique, tragiquement disparue au Ier siècle de notre ère.

Au cours du XIXe siècle, grande période d’émulation scientifique, l’archéologie va progressivement s'affranchir de l’Histoire. En se rationalisant, elle devient une science à part entière : par l’étude des sources matérielles enfouies dans le sous-sol, l’archéologue caractérise, de façon méthodique, les vestiges des sociétés anciennes.

ActualitésSamedi 19 juin, 14h30–17h00 : Visites flash, Le Goût de l’archéologie, par d’Hélène Jagot, directrice des Musées-château de Tours.

Étape essentielle de la formation des artistes européens dès le XVIe siècle, le voyage en Italie s'inscrit dans une double perspective : enrichir l'inspiration d'après l'art de l'Antiquité et se confronter aux maîtres italiens (Vinci, Raphaël, Michel-Ange, Véronèse, Caravage…). Durant trois siècles, ces échanges artistiques constituent un mouvement de formation sans égal, qui influe considérablement et durablement sur l'évolution du style, du goût, des modes. Exacerbé par la redécouverte de Pompéi et d’Herculanum, par les campagnes d’Égypte napoléoniennes, l’intérêt pour l’Antiquité égyptienne, grecque et romaine favorisera la naissance du mouvement néoclassique et de l’archéologie moderne.

Le XIXe siècle sera marqué par un retour en grâce du Moyen-Âge cher au courant romantique, tant en Angleterre, en Allemagne qu’en France, par la préservation du Patrimoine, la mise en œuvre de grands chantiers (Notre-Dame de Paris, cité de Carcassonne, château de Pierrefonds...) et la création des Monuments historiques. Les artistes multiplient les déplacements en France et à l’étranger, notamment en Orient, témoignant d'une sensibilité extrême à la nature et d'un intérêt marqué pour les sites archéologiques représentés de manière très précise. Réalisés à une époque où les fouilles archéologiques sont effectuées scientifiquement, leurs paysages sont caractéristiques de ceux qui étaient particulièrement en faveur auprès du public au XIXe siècle.

ActualitésSamedi 19 juin, 14h30 – 17h00 : Visites flash, Richelieu, une passion pour l’Antiquité, par Virginie Dansault, médiatrice, chargée des publics.

Richelieu fut l'un des plus grands collectionneurs de son temps. Dans son château de Touraine, aujourd’hui disparu, il eut soin de rassembler les œuvres les plus insignes de peintures et de sculptures. C'est pour orner les façades, l’intérieur et les jardins du château qu'il fit acheter à Rome une vaste série de bustes et statues antiques dont certaines pièces connurent rapidement une grande célébrité ((la Vénus Richelieu ; le Bacchus Richelieu ; le Mercure Richelieu ; Vénus et Cupidon ; Antinoüs en Vertumne ; Germanicus…). Une grande partie de ces œuvres fut disposée dans les niches des façades du château, de part et d'autre des Esclaves de Michel-Ange qu'Henri de Montmorency avait offerts au Cardinal au moment de monter sur l'échafaud. Il constitua ainsi la plus grande collection française de sculptures antiques de la première moitié du XVIIe siècle (400 statues et bustes environ), l’une des toutes premières en Europe.

Dimanche 20 juin, 10h00 – 12h00 / 14h00 – 17h00 : Visites-flash du souterrain

L’ancien Palais des Archevêques est construit sur le rempart gallo-romain et abrite en ses souterrains la plus belle inscription lapidaire à la gloire des Turons.

La muraille construite sur une trentaine d’année fut vraisemblablement achevée au milieu du 4e siècle. Le mur d'enceinte atteignait 1245 m de long, encerclant une superficie 9 hectares. Une série de tours, dont le musée conserve une tour d’angle (à l’origine elle pouvait atteindre les 30 m. avec son couvrement) renforçaient régulièrement le rempart en partie construit avec des matériaux de récupération, provenant d'édifices publics et temples du deuxième siècle (colonnes, entablements, fragments sculptés...).

La partie est de l’enceinte, formée par l’ancien amphithéâtre (1er s.), est visible au niveau des terrasses du jardin du musée. Transformé en forteresse au 3e siècle, l’amphithéâtre est intégré au rempart défensif du Bas-Empire, rempart, dont il constitue l'élément structurant, dans la première moitié du 4e siècle. Son implantation au sommet d'une petite « colline » en marge de la zone urbanisée antique, le met à l'abri des crues, facilite la circulation à ses abords et le signale de loin comme un symbole ostentatoire de la puissance de la ville. Édifice de structure massive et de forme sensiblement elliptique, ses dimensions estimées sont alors de 122 m sur 94 m. Agrandi au IIe siècle (156 × 134 m), il devient l'un des plus vastes de tout l'Empire romain au point d'être parfois qualifié de « monstre architectural », et au XXIe siècle ses dimensions colossales ne sont pas explicables au regard de la taille de Caesarodunum et de la cité des Turons. Cette muraille sera réutilisée, hormis son flanc ouest, dans plusieurs enceintes successives de Tours, l'extension de l'enceinte au 12e s. puis au 14e s. Le rempart gallo-romain est partiellement inscrit au titre des Monuments historiques depuis 1927.

Sous la partie Ouest du rempart se situe le souterrain du musée. Il fut certainement mis en chantier par les chanoines de la cathédrale pour récupérer des matériaux, mais surtout pour stocker de la nourriture. Cave, réserve, le souterrain fut aussi cachot, afin de mettre au frais quelques personnages indélicats. En témoignes de nombreux graffitis et morceaux sculptés (oiseau, écussons, blason de Tours, tête de diable...).

Enfin, ici est encore visible la seule inscription latine de l'accession à l'indépendance de la ville de Tours : "CIVITAS TURONORUM LIBERA", la cité libre des Turons. L'ensemble des fragments de ces inscriptions serait une dédicace de la ville à l'empereur romain Claude et ses fils, Tiberius Claudius Drusus et Britanicus, inscrite sur les murs d'un temple élevé en l'honneur de l'empereur suite à la conquête de la Bretagne, autour de l'an 50.

JEU. L'exposition Olivier Debré à la maison pour le jeune public

ActualitésEn attendant de pousser la porte du musée des Beaux-Arts, nous proposons au jeune public de découvrir le monde d’Olivier Debré, à travers l’exposition Olivier Debré. L’abstraction fervente.

Des défis, des clics de souris, des oreilles en alerte, des chiffres, des triangles, des signes et deux ateliers à faire à la maison !

[Diaporama interactif pour le jeune public, lisible sous Windows]

Bonne visite ! C'est ICI

Toutes les actualités

5 résultats sur 5
  • Visites-flash du souterrain du musée

    13/06/2021

    À l’occasion des Journées Européennes de l’archéologie, le Musée des Beaux-Arts propose des visites-flash dimanche, toutes les 30 minutes, dans le souterrain gallo-romain du musée.

  • Olivier Debré. L'abstraction fervente

    Olivier Debré. L'abstraction fervente

    20/05/2021

    Plus d’une soixantaine d’œuvres, dont certaines présentées pour la première fois, vous invitent au voyage dans l’univers de cet artiste majeur du 20ᵉ s

    • Actualité
    • Art Contemporain
    • Dessin
    • Evènement
    • Exposition
    • Loire
    • Nature
    • Histoire
    • Paysage
    • Peinture
    • Sculpture
    • Touraine
    • Tourisme
    • Tout public
    • Visite
  • Le Loup et le Cerf

    Le Loup et le Cerf

    20/05/2021

    Exposition de sculptures contemporaines animalières de Jérôme Garreau dans la parc du château d'Azay-le-Ferron

    • Actualité
    • Art Contemporain
    • Evènement
    • Exposition
    • Nature
    • Paysage
    • Sculpture
    • Tourisme
    • Tout public
    • Visite
  • Dans les collections de la Bnf. Raphaël et la gravure

    Dans les collections de la Bnf. Raphaël et la gravure

    12/05/2021

    L'exposition sera prolongée jusqu'au 23 août 2021
    L’exposition commémorera le 500e anniversaire de la mort de Raphaël (1483-1520), figure majeure de la Renaissance.

    • Actualité
    • Evènement
    • Exposition
    • Conférence
    • Gravure
    • Renaissance
    • Tout public
  • Sans réserve. XXELLES

    Sans réserve. XXELLES

    12/05/2021

    L’exposition XXElles entend être un écho au texte fondateur des recherches sur l’histoire de l’art féminine publié il y a 50 ans par Linda Nöchlin : « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes artistes femmes ? » en présentant des œuvres de femmes artistes

    • Actualité
    • Exposition
    • Histoire
    • Peinture
    • Dessin
    • Gravure
    • Sculpture