UA-10909707-12

COVID-19 Pass sanitaire

En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 20e siècle

20e siècle

Le taureau de Marathon

DENIS Maurice

1918

Le taureau de Marathon

Huile sur toile

1,00 x 1,24 m

Dépôt du Musée National d'Art Moderne

Inv. D 1949-2-1

Notice complète

Peintre et décorateur, Maurice Denis est également un théoricien de la peinture moderne. On lui doit en particulier le premier manifeste du style nabi, ouvrage capital qui légitime l'œuvre peinte par rapport à l'objet ou au sujet représenté, et ouvre ainsi la voie à l'art abstrait.

Les nombreux voyages qu'il effectue en Italie vont renforcer son admiration pour les paysages de la Péninsule, et pour les primitifs italiens. Ses références fréquentes notamment à Fra Angelico, le font surnommer par ses amis "Le Nabi aux belles icônes". Il fonde en 1919, aux côtés de Georges Desvallières et Georges Rouault, les Ateliers d'Art Sacré, qui prônent la renaissance d'un art religieux et participera aux décorations murales de plusieurs églises modernes.

Les sujets mythologiques sont rares dans l'œuvre de Maurice Denis. Dans ce tableau l'accent est mis sur la lumière qui inonde l'espace et le découpe en contrastes intenses presque violents de rouge et de bleu. Les couleurs sont posées en aplats sans modelé, des cernes noirs bleutés venant comme détourer chaque élément de la composition.

A ces lignes très structurées presque rigides, s'opposent les lignes souples des jeunes femmes qui réaffirment le goût pour l'arabesque qui parcourt toute l'œuvre de l'artiste.

©MBA Tours, cliché Patrick Boyer