UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 20e siècle

20e siècle

Longue traversée gris bleu de Loire à la tache verte

DEBRÉ Olivier

Paris, 1920-1999

Longue traversée gris bleu de Loire à la tache verte

Huile sur toile

1,80 x 2,30 m

Acquis en 1980

Inv. 1980-5-1

Notice complète

Si les premières peintures d'Olivier Debré manifestent des tendances impressionnistes, marquées notamment par l'influence de l'œuvre de son grand-père maternel Edouard Debat-Ponsan, dès 1941 le peintre se tourne vers l'abstraction qui sera alors son unique mode d'expression. Des rencontres avec Picasso et avec d'autres artistes contemporains seront déterminantes dans ce choix, mais Debré voulant se dégager d'une peinture moderne qui lui semble trop théorique, se dirige définitivement vers une expression plus émotive et plus sensuelle.

Aux premières toiles abstraites structurées par de grands aplats maçonnés au couteau et réalisées dans les années 1950, succèdent des œuvres travaillées dans une matière plus fluide, presque transparente à certains endroits, l'artiste cherchant à dégager la pureté de la couleur dans cette légèreté.

Ses tableaux sont le résultat de sensations, d'émotions "d'impressions" ressenties et exprimées par le seul biais de la couleur, le peintre désirant dans ses toiles : "projeter cette chaleur que l'on a en soi, cette charge humaine, dans des formes qui deviennent évidentes non pas parce qu'elles représentent quelque chose qui appartient au monde lisible, mais parce qu'elles contiennent en elles-mêmes la vie que nous avons en nous".


©MBA Tours, cliché Patrick Boyer

Vidéo : Le Musée de poche de Pierre Fresnault-Deruelle