UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 20e siècle

20e siècle

Mon potager (Le potager chez Beauchesne en 1926).

BEAUMONT, Hugues de

Chouzy, 1874 – Rouziers-de- Touraine, 1947

Mon potager (Le potager chez Beauchesne en 1926).

Huile et essence sur carton

H. 60 cm. ; L. 50,9 cm.

Dépôt FNAC, 1926

Inv. D 1927-1-3

Notice complète

Paysagiste de renom (il remporta deux fois le prix Troyon du paysage décerné par l’Académie des Beaux-Arts), portraitiste mondain et peintre de genre, Hugues de Beaumont connut une certaine célébrité grâce au soutien de la "Revue Blanche", organe de presse défendant la modernité en art auprès d’un public d’amateurs français et étrangers. Il remporta deux fois le prix Troyon de l'Institut (1895 et 1897). Il exposa aux Artistes français de 1892 à 1902, à la Nationale des Beaux-Arts à partir de 1902 et prit part aux expositions de Barcelone (1912), Chicago (1919), Wiesbaden (1920), Amsterdam (1926), Bruxelles et Tokyo (1928). il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur en 1930.
Blessé et fait prisonnier pendant la première Guerre Mondiale, il mit sa carrière internationale entre parenthèses pour retrouver plus fréquemment la propriété familiale de Beauchêne, à Rouziers-de-Touraine. Cette vue du potager, toute imprégnée de la modernité impressionniste, fut envoyée par l’État au musée en 1926, en raison des relations suivies de l’artiste et du conservateur de l’époque, Horace Hennion.