UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > Antiquité

Antiquité

Apollon Richelieu

Antiquité gréco-romaine

Ier – IIe siècle après J.-C., d'après un original grec daté vers 460 avant J.-C. (?) ou du Ier siècle avant J.-C. (?)

Apollon Richelieu

Marbre

H. 154 cm

Château de Richelieu, saisie révolutionnaire, 1801. Dépôt du musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, 2011

Inv. MR 85

Notice complète

Acquise à Rome avant 1633, cette statue a été choisie pour décorer l'escalier monumental du corps de logis principal du château de Richelieu (Indre-et-Loire) au côté de la Junon Richelieu de dimensions semblables. Les deux statues se trouvaient au premier étage, dans deux des trois niches du mur des appartements du roi. L'Apollon était dans la niche de droite, la Junon au centre et un Sacrifice de Mars occupait la niche de gauche. Cette disposition est décrite par Dufourny et Visconti en 1800 qui prélevèrent les deux statues pour le Louvre. Les deux antiques ont été réunies en pendant dans la Grande Galerie du Louvre de 1947 à 2009.

La statue d'Apollon est dans un état remarquable comme le signalait déjà Visconti, notant "la figure est toute antique, la tête aussi mais elle a été rapportée". Les analyses récentes du marbre semblent bien indiquer que cette tête n'appartient pas à ce corps. La sculpture est par ailleurs complète et dans un état de conservation exceptionnel.

Cet état de conservation précis n'est pas sans influence sur l'interprétation de la sculpture. Le serpent python lové le long du tronc d'arbre et les attributs, flèche et arc, justifient l'appellation traditionnelle d'Apollon Pythien ou Pythique. Cette statue pourrait être une variante d'un modèle grec plus musclé et plus sévère datable des années 460 avant J.-C.attribué à Hégias d'Argos, le maître de Phidias.

L'Apollon Richelieu, au modelé plus souple, confirmerait cette adaptation dans le style du IVe siècle avant J.-C., proche de celui de Praxitèle. L'éclectisme des référence peut trahir une création classicisante romaine du Ier siècle avant J.-C., voire plus tardive encore.