UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > Sculpt. 8e - 16e s.

Sculpt 8e - 16e s.

Vierge à l'Enfant, dite au chardonneret

Anonyme, Ile-de-France ?

14e siècle

Vierge à l'Enfant, dite au chardonneret

Albâtre, traces de polychromie

H. 62,5 cm. ; L. 23 cm. ; P. 14 cm.

Legs Octave Linet, 1963

Inv. 1963-2-44

Notice complète

Thème favori de la sculpture du XIVe siècle, les statuettes de dévotion représentant la Vierge à l’Enfant se multiplient à travers la chrétienté.

En station de hanchement contrarié, cette petite Vierge, vêtue d’un corsage, d’une cotte longue, du manteau au drapé en sautoir et du voile, portait les attributs habituellement utilisés au XIVe siècle dans ce type de groupe : la couronne (comme l’indique la rupture entre les cheveux et le voile), attribut royal originellement réservé à Dieu le Père et à son Fils, adopté ici pour signifier la gloire de Marie; le sceptre ou la fleur de lys (ce qu’attestent deux percements dans la main droite), symbole de pureté et de virginité.

L’Enfant tient une colombe ou un chardonneret, attributs courants au XIVe siècle. Oiseau eucharistique compris au sens littéral de l’Évangile (« L’esprit saint te couvrira de son ombre »), la colombe rappellerait la nature trinitaire de Jésus. Symbole de l’âme affranchie et sauvée de la mort dans l’art paléochrétien la colombe pourrait également évoquer au XIVe siècle le sacrifice divin de la crucifixion. Quant au chardonneret, la tradition médiévale veut que cet oiseau ait reçu la tache rouge qui orne sa tête en passant sous la Croix, ce qui en fait une préfigure de la Passion. Les dimensions et la faible épaisseur de cette œuvre suggèrent qu’elle pouvait être adossée à un retable, placée dans une niche à l’intérieur d’une chapelle, ou encore située au trumeau d’un portail d’église. L’albâtre, matériau coûteux, laisse supposer que l’œuvre provient d’un riche commanditaire.

L’atmosphère de cour est ressentie dans la noble indifférence du visage, la joliesse de la cambrure et des drapés, la vivacité de l’attitude de l’Enfant. Le culte de la femme est sensible dans le rôle essentiel donné ici à Marie, dont le voile enveloppe l’Enfant-Dieu, gracieux bambin tenant serré dans la main droite le tissu du vêtement de sa Mère.