UA-10909707-12

COVID-19 Pass sanitaire

En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > Sculpt. 8e - 16e s.

Sculpt 8e - 16e s.

La Vierge et saint Jean au pied de la Croix

Anonyme, Anvers

16e siècle

La Vierge et saint Jean au pied de la Croix

Chêne polychromé, or

Don Dunoyer de Noirmont, 1952

Notice complète

sculpture Tours, musée des Beaux-Arts, cliché Eric GarinCe relief est l’un des éléments d’une scène de la Crucifixion qui était placée au centre de la caisse d’un retable de la Passion. A partir du XIVe siècle l’usage s’introduit de grouper du même côté de la croix la Vierge et saint Jean et de montrer Marie s’évanouissant dans les bras du disciple. Le Stabat (la Vierge en deuil se tenant stoïquement au pied de la croix) est remplacé par la Pâmoison, motif introduit par Roger Van der Weyden (vers 1399 – 1464) dans le Retable des sept Sacrements (1445, Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers). Ici, la Vierge soutenue par saint Jean reste droite et joint les mains en signe de douleur.

La facture simple est caractéristique de la sculpture anversoise du début du XVIe siècle. Les drapés anguleux, les lignes raides s’allient à la délicatesse des expressions et des visages aux traits menus, parachevés par la polychromie raffinée des carnations et des ors.