UA-10909707-12

Nouvelle téléphonie

Le musée met en place sa nouvelle téléphonie.
Pour nous contacter :
Accueil - Secrétariat : 02 42 88 05 90
Billetterie - Boutique : 02 42 88 05 93
Pour tout savoir, rubrique "Contacts"

> > Estampes, gravures

Estampes, gravures

Tête de jeune femme, d’après Jean-Baptiste Greuze

LINGÉE, Éléonore-Thérèse

Paris, 1753 - Paris, 18 ??

Tête de jeune femme, d’après Jean-Baptiste Greuze

Gravure à la manière d’une sanguine

H. 40 cm.; L. 34,5 cm.

Fonds de l’ancienne école académique de Tours

Inv. 1939-802-1

Notice complète

Au milieu du 18e siècle, le comte de Caylus instaure le Concours pour le prix de l’étude des têtes qui visait à améliorer la représentation des passions, en proposant aux artistes d’étudier le visage comme seul support d’émotion au détriment du corps. Jean-Baptiste Greuze, peintre d’histoire et de genre qui excelle dans l’art du portrait d’après nature, s’inscrit dans la mouvance de ce concours.

Cette œuvre de Thérèse-Éléonore Lingée, dessinatrice et graveuse, est une copie d’une étude de tête à la sanguine de Greuze. Louis Verneau reçut comme récompense cette gravure pour son 3e prix à l’École académique de dessin de Tours ; comme en atteste le cachet à la cire rouge du Département d’Indre-et-Loire et la signature du directeur Charles-Antoine Rougeot (1740-1797).

Alors que la peinture d’histoire se réfère à des passions codifiées, la peinture de genre permet à l’artiste de donner une expression plus naturelle à ses personnages. L’artiste tend davantage vers l’ambigüité de la représentation des émotions. Face à cette jeune fille, aux sourcils froncés, il est difficile de trancher entre le doute, la colère et la peur.