UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 14-16e siècle

14-16e siècle

Diane au bain

Ecole de Fontainebleau d'après François Clouet

Tours, avant 1522 – Paris, 1572

Diane au bain

Détrempe vernie ou huile sur bois

H. 97 cm L. 130,5 cm.

Attribué au Louvre (MNR 24) par l'Office des Biens et Intérêts privés, déposé au Musée des Beaux-Arts de Tours en 1952

Inv. D-1952-6-1

Notice complète

Il s'agit de l'une des nombreuses variantes de la Diane au bain de François Clouet, d'après l'originale conservée au musée des Beaux-Arts de Rouen, datée de 1558-1559.

François Clouet, succède à son père Jean Clouet, en 1541, à la Cour de France, comme Peintre Ordinaire et Valet de Chambre du Roi. Il s'illustre alors dans ses scènes mythologiques de nus ou comme portraitiste et va notamment jouer un rôle important dans l'introduction, en France, du thème du nu féminin à sa toilette ou dans un paysage.

Ici, la déesse de la chasse, Diane, entourée de son escorte de nymphes, se sèche après le bain. A l'arrière- plan, un épisode de l'histoire d'Actéon tiré des Métamorphoses d'Ovide est représenté. Après s'être fait surprendre au bain par le chasseur, Diane le change en cerf, et il meurt dévoré par une meute de chiens.

Mais derrière cette scène mythologique se cachent de véritables portraits allégoriques caractéristiques du goût de l'époque. Dans la composition originale, le cavalier serait François II et Diane, serait son épouse, Marie Stuart, admirée comme "la nouvelle Diane". Dans la version de Tours, plus tardive, la déesse prend les traits de Gabrielle d'Estrée, et le cavalier ceux d'Henri IV : l'œuvre peut ainsi être vue comme une allégorie des amours d'Henri IV.

Diane au bain a été restaurée en 2006 au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France de Versailles, notamment pour réparer des fentes horizontales sur le support en bois.


© MBA Tours Cliché Patrick Boyer