UA-10909707-12

Nouvelle téléphonie

Le musée met en place sa nouvelle téléphonie.
Pour nous contacter :
Accueil - Secrétariat : 02 42 88 05 90
Billetterie - Boutique : 02 42 88 05 93
Pour tout savoir, rubrique "Contacts"

> > > 14-16e siècle

14-16e siècle

Vierge de douleur

BOUTS Dirk (d'après)

Flandres, XVe s

Vierge de douleur

Bois

H. 36,5 cm L. 27,5 cm

Legs Octave Linet, 1963

Inv. 1963-2-34

Notice complète

Cette peinture est une des nombreuses versions inspirées par le volet gauche d’un diptyque aujourd’hui disparu, exécuté vers 1448 par Dirk Bouts (vers 1415 - 1475) père d’Albrecht Bouts. C’est dans l’atelier de ce dernier que le panneau de Tours a été peint vers 1500-1510. Reprenant le modèle du maître, l’artiste a cependant modifié les plis du voile de la Vierge et apporté un changement à la couleur du manteau entièrement bleu et orné d’un galon doré, se rapprochant ainsi de l’esthétique de la première Renaissance dans les anciens Pays-Bas au tournant du XVIe siècle. Cette Mater dolorosa faisait pendant à un Christ couronné d’épines vendu à Paris en 1914 et depuis non localisé.

Peinture Tours, musée des Beaux-Arts, cliché Eric GarinAu XVe siècle, le succès soudain du diptyque aux Pays-Bas peut être mis en rapport avec la "Devotio Moderna'. Né à la fin du XIVe siècle, ce courant de piété qui provoque des changements culturels dans toute l'Europe du Nord, recommande au dévot la contemplation individuelle pour accéder au salut ; dès lors, l'image sacrée doit émouvoir et inciter à la prière et à l'imitation. Les tableaux dont les sujets privilégient le pathos et l'idée de sacrifice se font ainsi plus nombreux.

La nature intime du diptyque convient à une pratique religieuse plus individuelle. Ce genre suscite autant d'enthousiasme auprès des ordres monarchiques que de la classe moyenne nantie aux Pays-Bas à la fin du XVe siècle. Le marché florissant de l'art favorise lui aussi la production de diptyques.