UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 14-16e siècle

14-16e siècle

Les Funérailles de Saint Jean-Baptiste

VENEZIANO Lorenzo

Documenté à Venise et à Vérone de 1356 à 1372

Les Funérailles de Saint Jean-Baptiste

Tempera et or sur bois

H. 27,7 cm L. 24,4 cm

Achat octobre 2005

Inv. 2005-7-1

Notice complète

Cet élément de prédelle Enterrement de saint Jean-Baptiste est une petite scène remarquable par son soucis du réalisme, surprenant pour l'époque, sans doute inspiré par l'exemple des bolonais.

On remarque d'abord la description de l'effort qui est nécessaire aux deux hommes pour déposer le corps de Baptiste dans son cercueil, dont le couvercle est posé à terre sur la gauche ; ils sont arc-boutés, jambes écartées autour du cercueil pour pouvoir se baisser, les pieds (aux chaussures soigneusement décrites) sur les côtés. L'horreur de la scène est rendue, elle, par les gestes et les réactions des diacres et de l'évêque qui se tiennent à droite.

Le second point remarquable est l'extrême vivacité des couleurs, surtout dans cette scène funèbre. D'abord la tache rouge vif de la chemise au premier plan, l'intense bleu lapis-lazuli du manteau de l'évêque, les verts, les roses, mais aussi les noirs qui donnent du caractère à la scène, et contrebalancent les tonalités claires de l'ensemble. Ce sont les choix chromatiques habituels de Lorenzo Veneziano.

Le décor offre également un paysage stylisé, avec des rochers traités dans le langages gothique, un arbre, un buisson et quelques touffes d'herbe. Il faut enfin noter la construction en diagonale qui met en évidence les recherches de spacialité de l'artiste.

L'ensemble fait preuve d'une étonnante modernité, par le choix et la vivacité des couleurs, le naturalisme, le sens de la plasticité, la vivacité des personnages et des caractéristiques stylistiques qui conduisent à une attribution à Lorenzo Veneziano, la personnalité la plus remarquable de la seconde moitié du XIVe siècle à Venise et l'un des précurseurs du style Gothique International.