UA-10909707-12

Fermeture jusqu'au 19 mai

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le Musée des Beaux-Arts est fermé au public jusqu'au 19 mai.
Le jardin du musée ferme actuellement à 18h30.

> > Mobilier et objets d'art

Mobilier et objets d'art

Console

Anonyme, France XVIII° s.

France, XVIIIe siècle, époque Louis XVI

Console

Bois doré, marbre blanc

85 x 129 x 51,5 cm.

Saisie révolutionnaire au château de Chanteloup, 1794

Inv. 1794-2-3

Notice complète

Cette console à quatre pieds en demi-lune, fine et légère, présente une riche décoration typique du style Louis XVI. La ceinture est sculptée d’une frise de glyphes avec des épis de blé stylisés et un entrelacs de ruban, d’où partent d’élégantes guirlandes de fleurs et feuilles.

Des feuilles de laurier enserrent la base des pieds droits cannelés tandis que l’entretoise rudentée est surmontée du traditionnel pot à feu agrémenté de guirlandes. Conçues généralement en même temps que les boiseries et les lambris, les consoles, fixées au mur, reprennent et complètent leur décor.

Traditionnellement réputé provenir du château de Chanteloup, bien qu’elle soit dépourvue de la marque habituelle, cette console peut être rapproché de celle conservée à la préfecture d’Indre-et-Loire considérée de même origine. Elle ne porte pas non plus la marque distinctive et présente quelques différences dans l’ornementation. Peut-on les considérer aujourd’hui comme les témoins de la série de quatre consoles attestées dans le salon de compagnie du duc de Choiseul (inventaire après décès de 1785, dont les trumeaux de cheminée sont pourvus de bordures à la grecque et de guirlandes en bois doré ? L’exécution et la conception de guirlandes sur ces consoles se justifie par le décor des lambris de cheminée, et l’on retrouve une certaine parenté d’un meuble à l’autre. L’absence de marquage sur ces consoles peut s’expliquer par le fait que, les considérant comme immeubles puisque fixés aux boiseries, Martin Vallet, intendant du château acquis par le duc de Penthièvre en 1786, n’aurait pas éprouvé le besoin de les inclure dans la campagne de marquage du contenu du domaine.