UA-10909707-12

COVID-19 Pass sanitaire

En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > Céramique

Céramique

La femme mal dressée

LAUDIN Jean

1616 - 1688

La femme mal dressée

Email

H. 20,5 cm L. 18 cm.

Acquis avec la collection Schmidt, 1874

Inv. 1874-8-1

Notice complète

Signé au revers : Laudin émailleur / à Limoges

L'acquisition par la ville de la collection Schmidt en 1874 fait entrer au musée un intéressant ensemble d'émaux du XVIIe siècle auquel appartient cette très belle plaque, attribuée à Jean Laudin.

L'artiste est issu d'une illustre famille d'émailleurs limougeaux qui, durant tout le XVIIe siècle, continue de travailler encore dans la grande tradition des grisailles du siècle précédent. Cette technique, d'un maniement très délicat, cherchant à imiter la gravure connaît une faveur extrême dans les années 1540-1560. Ici, malgré l'utilisation de l'étain qui rend l'émail moins translucide, la fine exécution de cette grisaille rehaussée d'or révèle des effets noirs et blancs très subtils, variant du gris foncé au blanc le plus pur.

Le personnage féminin et le décor architecturé de la composition sont très directement inspirés d'une estampe de Jan Saenredam d'après Goltzius, qui relate l'épisode de Jésus thaumaturge guérissant une femme courbée (Luc, XIII, 13-10)