UA-10909707-12

Ouverture le 19 mai

Le musée ouvre au public le 19 mai, dans le respect des mesures sanitaires préconisées par le gouvernement.
La jauge actuelle est fixée à 8m2 par visiteurs, soit 220 personnes sur l'ensemble du site. Visite libre et sans réservation.
Le jardin du musée ferme actuellement à 18h30, puis à 19h à partir du 19 mai.

> > Arts graphiques

Arts graphiques

Étude pour "Comédiens ou bouffons arabes" - Jeune homme debout

DELACROIX Eugène

Charenton, 1798 - Paris, 1863

Étude pour "Comédiens ou bouffons arabes" - Jeune homme debout

Mine de plomb, pierre noire et sanguine sur papier blanc

H. 31,5 cm L. 21 cm

Legs Marcel Guérin, 1948

Inv. 1948-2-1

Notice complète

Accompagnant en 1832 une mission diplomatique chargée par le roi Louis-Philippe de conclure des accords avec le sultan du Maroc, Eugène Delacroix va connaître dans « ce pays bien nouveau et abondant en pittoresque » des émotions si intenses qu’elles bouleverseront profondément sa vision artistique. Conscient que ce qu’il voit doit être consigné au plus près de la réalité, il dessine, et lorsqu’il pense que le croquis ne suffira peut-être pas à conserver avec le souvenir de la chose vue, il prend des notes, griffonne quelques mots à la hâte.


Légué par le critique d’art Louis Marcel Guérin, ce dessin entre dans les collections du musée de Tours en 1948, cent ans après l’achat par l’État de la peinture Comédiens ou bouffons arabes pour le musée. Si l’Étude de trois personnages appartient à ces nombreux dessins que Delacroix a croqués sur le vif au cours de son voyage au Maroc, cette œuvre, qui manifeste une recherche plus aboutie, est caractéristique d’un travail exécuté au calme, dans une maison marocaine. Il est possible qu’à partir de la première esquisse l’artiste ait souhaité réaliser un dessin plus précis. Cependant, cette feuille présentant à trois reprises le profil du jeune garçon, dans une position légèrement différente et tête nue ou coiffée, peut laisser supposer que Delacroix a demandé à son modèle de poser pour lui.
La technique utilisée pour cette feuille, la pierre noire et la sanguine, est une association plutôt rare chez Delacroix, sauf précisément pendant la période marocaine.