UA-10909707-12

COVID-19 Pass sanitaire

En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > Arts graphiques

Arts graphiques

La chasse au taureau sauvage (vers 1736)

PARROCEL Charles

Paris, 1688 - Paris, 1752

La chasse au taureau sauvage (vers 1736)

Sanguine brûlée et sanguine sur papier crème

H. 47 cm L. 35,1 cm

Legs Trobriand, 1895. Récupération 1924

Inv. 1924-301-6

Notice complète

Reçu à l'Académie royale en 1721, Charles Parrocel acquiert, à la suite de son père Joseph, une grande réputation comme peintre de batailles, unanimement reconnu par la critique de son temps pour le feu de son imagination, la vigueur de son coloris et la facilité et la largesse de son pinceau.

Il obtient dès 1721 de grandes commandes officielles. C'est pour répondre à l'une des plus prestigieuses que Parrocel exécute ce dessin. De 1736 à 1738, l'artiste participe en effet à l'ensemble décoratif étonnant que sont Les Chasses exotiques de Louis XIV dans la grande galerie de Versailles, en réalisant une Chasse à l'éléphant et une Chasse au taureau.

L'oeuvre de Tours est un dessin préparatoire pour cette dernière composition, conservée au musée de Picardie, à Amiens. Sur la sanguine, l'artiste a indiqué le chantournement de la boiserie qui sera mis en place sur l'oeuvre peinte. Dans une disposition harmonieuse, les groupes, bien individualisés, créent par leur mouvement un rythme décoratif tournoyant.