UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 17e Italie

17e Italie

Le Supplice de Prométhée (vers 1620-1630)

RIMINALDI Orazio, attribué à

Pise, 1593 - Pise, 1630

Le Supplice de Prométhée (vers 1620-1630)

Huile sur toile

H. 240 cm L. 198 cm.

Dépôt de l'Etat, 1819, transfert de propriété de l'Etat à la Ville de Tours, 2010.

Inv. 1825-1-52

Notice complète

Dès la seconde moitié du XVIIe siècle, cet étonnant tableau et son probable pendant Samson tuant les Philistins avec une mâchoire d'âne conservé au musée de Grenoble, sont localisés dans une collection prestigieuse, celle de l'électeur du Palatinat Charles Louis II (1651-1685), au château d'Heidelberg. En 1692 on les retrouve en France dans la collection de Monsieur, frère de Louis XIV, qui les a obtenus par son mariage avec la princesse Palatine. Ils passent ensuite dans les collections des ducs d'Orléans et seront achetés par Marie-Antoinette pour le château de Saint-Cloud en 1785.

Le sujet mythologique présente le supplice du héros surhumain Prométhée. Pour avoir désobéi aux dieux en révélant aux hommes la maîtrise du feu, il fut condamné par Zeus à être attaché à un rocher et avoir le foie, sans cesse renaissant, rongé par un aigle.

Violemment expressive, la composition dans un cadrage rapproché révèle une forte empreinte du caravagisme, renforcée par l'attention portée à la lumière, uniquement dirigée sur la nudité du corps viril du Titan.

Au demeurant, l'attribution du tableau de Tours demeure complexe et n'est pas encore résolue. Après avoir été rapprochée de Manfredi et de caravagesques nordiques, l'oeuvre est depuis peu rendue avec réserve, au peintre pisan Riminaldi formé à Rome dès 1610 par le lombard Orazio Gentileschi.


© MBA Tours, cliché Marc Jeanneteau