UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 18e siècle

18e siècle

Guirlande de fleurs avec des instruments de musique, une partition et un masque

BLIN DE FONTENAY Jean-Baptiste

Caen, 1653 - Paris, 1715

Guirlande de fleurs avec des instruments de musique, une partition et un masque

Vers 1700 Huile sur toile

H. 130,5 cm ; l. 98 m. et H. 148 cm ; l 78 cm

Envoi de l'Etat, 1872

1872-5-7 ; 1872-5-8

Notice complète

Peintes vers 1700 pour le château de Marly, ces deux natures mortes seront intégrées au 1847 au décor du château d'Eu sous Louis-Philippe. C'est à cette époque que les deux compositions seront agrandies par les encadrements dorés peints en trompe l'oeil, volontairement conservés au cours d'une restauration récente. L'inscription Baptiste Monnoyer au-dessus du cartouche laisse présumer que la fortune de ce dernier, maître de Blin de Fontenay, était au XIXe siècle plus importante que celle de son élève. Ces deux grands artistes vont développer un art somptueux qui répond au goût de Louis XIV, comme en témoignent les nombreux trumeaux et au-dessus-de-porte que le roi leur a commandés pour ses appartements.

Les tableaux de Tours présentent une mise en page significative de l'art de Blin de Fontenay, qui associe fréquemment des fleurs très diversifiées, et plus particulièrement les roses, évocation de la précarité de la vie, aux instruments de musique et au masque, symboles du divertissement de l'homme. Traitées dans une gamme de coloris éclatants dominés par des blancs bleutés et des rouges, les fleurs contrastent avec les tons sourds des différents bois des instruments (buis, noyer incrusté de filets d'ivoire).

© MBA Tours, cliché Marc Jeanneteau

Texte extrait du catalogue raisonné Peintures françaises du XVIIIe s. Musée des Beaux-Arts de Tours / Château d'Azay-le-Ferron, par Sophie Join-Lambert

Silvana Editoriale, 2008