UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 18e siècle

18e siècle

Apollon et Marsyays

GÜNTHER Matthaüs

Unterpeisenberg, 1705 - Haid, 1788

Apollon et Marsyays

Huile sur toile

H. 48 cm. . L. 54 cm.

Acquis en 1975

Inv. 1975-2-1

Notice complète

L'essentiel de la production de Matthaüs Günther consiste en fresques qu'il réalise, en étroite collaboration avec les stucateurs dans les églises ou les châteaux du sud de l'Allemagne. Ses compositions, influencées par l'enseignement de son maître Assan, évoluent peu à peu vers le Rococo.

Dans la seconde moitié du 18e siècle, le baroque germanique est influencé par l'art de Tiepolo, qui offre des exemples de décoration monumentale à Wurtzbourg. Matthaüs Günther sera particulièrement marqué par l'œuvre du maître vénitien. Réputé pour ses talents de décorateur, Günther répond à de nombreuses commandes et cette estime lui vaut d'être nommé, en 1762, directeur de l'Académie d'Augsbourg.

Cette esquisse est probablement l'une des études préparatoires pour le décor du plafond de l'Opéra de Stuttgart, exécuté en 1758 par Matthaüs Günther et détruit quatre ans plus tard dans un incendie. La composition, dont le sujet est emprunté aux Métamorphoses d'Ovide, relate les différents épisodes du drame. Le faune Marsyas, voulant se mesurer aux talents de musicien d'Apollon, joue de la flûte ; faute d'avoir égalé son rival, il est lié à un arbre puis supplicié par le jeune dieu. L'artiste réussit dans cette œuvre à résoudre de manière exemplaire les problèmes d'utilisation de l'espace. De nombreuses figures sont disposées sur le pourtour du cadre mais convergent toutes vers le centre, attirées par l'image irradiée de lumière d'Apollon jouant de la lyre.