UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 18e siècle

18e siècle

La Résurrection de Lazare

JANNECK Franz Christoph

Graz, 1703 - Vienne, 1761

La Résurrection de Lazare

Huile sur cuivre

H. 54 cm. . L. 76 cm.

Office des biens privés (M.N.R. 948) ; dépôt de la Direction des Musées de France, 1965

Inv. D. 1965-1-2

Notice complète

C'est auprès du peintre de nature morte Mathieu Vangus à Gratz que F.-C. Janneck suit sa première formation. Il s'installe ensuite à Vienne et devient professeur à l'Académie puis assesseur du directeur à partir de 1752. Il peint, comme son ami Platzer mais dans un coloris moins clair des petits tableaux de cabinets dans la tradition néerlandaise. Son oeuvre s'ordonne autour des thèmes galants, religieux, mythologiques où s'épanouit sa manière brillante et fine.

Cette résurrection de Lazare surchargée de figures, disposées dans une composition pyramidale, témoigne de la précision de miniaturiste de F.-C. Janneck. Chaque détail est exécuté avec une extrême minutie. La représentation de Marthe, vue de dos, est un summum de délicatesse et de raffinement, et compte parmi les plus belles figures de l'oeuvre de Janneck. Les roses irisés de la robe de Marthe captent notre regard, et nous attirent au coeur de la scène, mise en valeur par un éclairage savamment projeté sur le Christ, Lazare et ses soeurs. Ces couleurs vives du premier plan sont adoucies par les tons bleutés des ruines et des arbres dans le lointain. La présence de ces vestiges antiques contribuent à la théâtralité de l'ensemble, en créant un fond de décor semblable à un rideau de scène peint en trompe-l'oeil.