UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 18e siècle

18e siècle

Vue de l'abbaye de Marmoutier

ROUGEOT Charles-Antoine

Paris, 1740 – Tours, 1797

Vue de l'abbaye de Marmoutier

Huile sur toile

65 x 97 cm.

Provenance inconnue, probablement collection de Charles-Antoine Rougeot, donnée à la ville de Tours

Inv. : 1947-74-1

Notice complète

Classée parmi les œuvres anonymes du XVIIIIe siècle dans les anciens catalogues du musée, cette vue de Loire doit être rendue à cet artiste. Les personnages qui occupent le premier plan animent avec charme cette composition. Chacun vaque à ses occupations, trois hommes dans une barque à fond plat, typique de la marine de Loire, tirent un filet, une lavandière lave le linge dans le fleuve et un pêcheur à la ligne scrute la surface de l’eau.

Sur la rive opposée et en second plan se développent les bâtiments imposants de l’abbaye de Marmoutier tels qu’ils apparaissaient encore avant la Révolution. Fondée par saint Martin en 372, cette abbaye qui fut l’une des plus riches et des plus importantes du royaume, fut transformée pendant les années révolutionnaires en hôpital militaire, puis mise en vente en 1799. Après avoir appartenu à différents propriétaires elle fut achetée en 1818 par un certain Pierre Mornand-Girard qui entreprit la démolition complète de l’église et des bâtiments claustraux pour revendre les matériaux. Quelques années plus tard, le château de Chanteloup allait connaître le même sort. De ce vaste ensemble seuls subsistent aujourd’hui le portail de la Crosse et le mur d’enceinte élevés au XIIIe siècle ainsi que quelques rares vestiges dont le logis du grand prieur et la tour des Cloches. En 1847, les Dames du Sacré-Cœur achètent l’abbaye pour en faire une maison d’éducation pour jeunes filles et entreprennent des travaux de construction importants, tout en conservant ce qui avait été préservé.

Texte extrait du catalogue raisonné Peintures françaises du XVIIIe s. Musée des Beaux-Arts de Tours / Château d'Azay-le-Ferron, par Sophie Join-Lambert

Silvana Editoriale, 2008