UA-10909707-12

Nouvelle téléphonie

Le musée met en place sa nouvelle téléphonie.
Pour nous contacter :
Accueil - Secrétariat : 02 42 88 05 90
Billetterie - Boutique : 02 42 88 05 93
Pour tout savoir, rubrique "Contacts"

> > > 18e siècle

18e siècle

Jeune garçon coiffé d'un mouchoir, petit maçon

SANTERRE Jean-Baptiste, Ecole de

Magny-en-Vexin, 1651- Paris, 1717

Jeune garçon coiffé d'un mouchoir, petit maçon

Huile sur toile

81 x 65 cm. (Ovale)

Saisie révolutionnaire, château de Chanteloup, 1794

Inv. : 1794-1-18

Notice complète

Boris Lossky (1905-2001, conservateur au musée de Tours) a très justement souligné que ce jeune garçon, mentionné sur les inventaires et les catalogues du musée sous le titre de « petit ramoneur », est en fait un jeune maçon travaillant, truelle à la main à l’appareillage d’un mur sur lequel il pose sa main droite. Dans le catalogue de la vente après décès du duc de Choiseul publié en 1786, ce tableau est mentionné avec La Géométrie (notice précédente). Dix ans plus tard, Charles-Antoine Rougeot (1740-1797) les dissocie en indiquant : « tête de jeune homme, copie de Grimou et une tête de femme d’après Santerre ». Cependant ces deux tableaux sont publiés ensuite sur les différents catalogues du musée comme « copie d’après Santerre ». En 1891, Félix Laurent et Anatole de Montaiglon les dissocient à nouveau en indiquant pour le Jeune garçon : « an. XVIIIe, mauvaise copie ». Boris Lossky propose, en 1962, de revenir à l’entourage de Jean-Baptiste Santerre, en classant ce tableau parmi les œuvres de l’école de l’artiste. Si l’iconographie et l’éclairage dirigé du haut vers le bas peuvent nous guider à attribuer plutôt ce tableau à Alexis Grimou, en revanche la mise en page de cette composition se rapproche en effet de nombreuses œuvres de Santerre. On peut citer notamment l’un des plus célèbres tableaux de Santerre, La Coupeuse de chou, connu par diverses répliques, et qui présente bien des ressemblances avec ce petit maçon. Des maladresses dans l’exécution, l’absence totale de finesse dans la touche laissent penser que ce Jeune garçon coiffé d’un mouchoir est une copie peut-être d’après Santerre mais comme le souligne Claude Lesné : « l’absence totale d’éléments de comparaison (on ne conserve aucune représentation de ce genre montrant un jeune garçon due à l’artiste) interdit tout avis catégorique ».

Texte extrait du catalogue raisonné Peintures françaises du XVIIIe s. Musée des Beaux-Arts de Tours / Château d'Azay-le-Ferron, par Sophie Join-Lambert

Silvana Editoriale, 2008