UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 18e siècle

18e siècle

Rencontre de Bacchus et d’Arianne dans l’île de Naxos, ou L’Automne

Anonyme, France, d’après Nicolas VLEUGHELS

Début XVIIIe s.

Rencontre de Bacchus et d’Arianne dans l’île de Naxos, ou L’Automne

Huile sur toile

69 x 86 cm.

Acquis par rente viagère à Charles Schmidt, avril 1874.

Inv. : 1874-5-79

Notice complète

Ce tableau entré dans les collections du musée en 1874, parmi les anonymes français du XVIIIe siècle, a été publié en 1962 par Boris Lossky, conservateur au musée de Tours, sous l’attribution à l’école de Jean Raoux. Lossky soulignait dans cette oeuvre « les jeux d’ombre et de lumière auxquelles s’adonnait Jean Raoux ». Les recherches effectuées sur Nicolas Vleughels ont permis de reconnaître dans cette composition une copie d’après une peinture de Vleughels, L’Automne, perdue, mais connue grâce à une estampe d’Edme Jeaurat gravée d’après ce tableau. Jeaurat gravera de nombreuses estampes d’après les compositions de son ami Vleughels, Apollon et les Muses (suite de quatre planches), La Mort de Didon, Rencontre d’Abigail et de David, Achille plongé dans le Styx…, ainsi que Les Saisons, une suite de quatre planches . Raoux et Vleughels ont dû se rencontrer vers 1705 à Rome et vers 1707 à Venise. Cependant, même si la lumière est modulée de manière assez subtile sur le corps d’Ariane, soulignant avec douceur le profil vénitien de la jeune femme, la rondeur de l’épaule et du genou, l’œuvre reste maladroite et présente des imperfections notamment dans les représentations anatomiques, qui rendent improbable une attribution à Raoux.

Texte extrait du catalogue raisonné Peintures françaises du XVIIIe s. Musée des Beaux-Arts de Tours / Château d'Azay-le-Ferron, par Sophie Join-Lambert

Silvana Editoriale, 2008