UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 18e siècle

18e siècle

La Cascade

WATTEAU Antoine, d'après

Deuxième moitié du XVIIIe s.

La Cascade

Huile sur toile

71 x 56 cm.

Acquis avec la collection Gaétan Cathelineau, 1858.

Inv. : 1858-1-42

Notice complète

Gaétan Cathelineau, artiste né à Montrichard (Loir-et-Cher ) en 1787, après une première formation à l’école de dessin de Tours, entre en 1807 dans l’atelier de David à Paris. Il revient à Tours et enseigne le dessin et la peinture au collège royal de 1835 à 1858, tout en produisant une œuvre personnelle qu’il expose régulièrement au Salon. C’est à Tours qu’il décède en 1859. Le musée des beaux-arts de Tours conserve plusieurs œuvres de cet artiste, portraits, paysages, scènes religieuses... En 1858 la ville de Tours achète, par rente viagère, la collection de peintures anciennes de l’artiste. Cet ensemble de quarante-huit tableaux comprend des œuvres italiennes et flamandes des XVIe et XVIIe siècles, mais aussi deux peintures du XVIIIe siècle, Cascade sous un pont en ruines, d’Hubert Robert et l’œuvre présentée dans cette notice.

Ce tableau est une copie d’après une estampe en contre-partie du tableau d’Antoine Watteau, La Cascade, conservé dans une collection particulière et qui a été, selon Mariette, réalisée en pendant de La danse paysanne (Zurich, collection Freichmann). La Cascade de Watteau a été gravé par G. Scotin en 1729, la lettre de cette estampe indique que la toile se trouve alors « dans le cabinet de Mr de Monmerqué ». On relève cette même indication sur l’estampe d’Audran gravée d’après La danse paysanne.

Cette composition de Watteau connut un vif succès qui se révèle par les nombreuses copies, réalisées, pour la très grande majorité d’entre elles, d’après l’estampe de Scotin. Parmi toutes ces copies de qualité inégale, celle conservée à Tours présente certains détails intéressants en particulier dans la représentation fine et délicate des frondaisons des arbres ou encore dans celle des tissus moirés. Cette manière, qui présente néanmoins bien des maladresses, permet de dater cette œuvre de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Texte extrait du catalogue raisonné Peintures françaises du XVIIIe s. Musée des Beaux-Arts de Tours / Château d'Azay-le-Ferron, par Sophie Join-Lambert

Silvana Editoriale, 2008