UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Dynamis (1902)

VEBER Jean

Paris, 1864 - Paris, 1928

Dynamis (1902)

Huile sur toile

H. 112 cm. ; L. 156 cm.

Don Rosette Ibert, fille de l'artiste, 1938

Inv. 1947-36-1

Notice complète

Le musée conserve un important fonds d'oeuvres de Jean Veber, offert en 1938 par sa fille, avec l'entremise de Pierre Sicard, fils du grand sculpteur tourangeau François Sicard, qui était un ami proche de Veber. Ce dernier connut la célébrité au début du 20e siècle comme caricaturiste, notamment pour des journaux comme L'Assiette au beurre, Le Rire ou encore L'Illustration. Il fut également un illustrateur recherché, qui exerça son talent volontiers sulfureux sur des oeuvres aussi importantes que les Fleurs du mal de Baudelaire ou Thaïs d'Anatole France.

Bon nombre de ses toiles témoignent de la même veine grinçante que ses dessins, et l'artiste n'hésite pas à y donner libre cours à ses opinions politiques et sociales. Dans ce registre, Dynamis est l'une de ses oeuvres les plus frappantes : l'industrie, incarnée par une femme démoniaque, prend un visible plaisir à broyer les ouvriers qui la servent, justifiant ce titre aussi sanglant qu'explicite : La Houille.