UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Agar et Ismaël

CAZIN Jean-Charles

Letoquoi-près-Samer, 1841 - Le Lavandou, 1901

Agar et Ismaël

Huile sur toile

H. 252 cm L. 202 cm.

Dépôt du musée du Louvre, 1938

Inv. D 1938-2-3

Notice complète

Présenté au Salon de 1880, Agar et Ismaël est considéré à juste titre comme le chef d’œuvre de l’artiste, qui, bien que resté très attaché à son Pas-de-Calais natal, fut conservateur du musée de Tours de 1868 à 1871.

L’œuvre appartient à un groupe de peintures à sujets bibliques produites entre 1876 et 1883, à l’occasion desquelles Jean-Charles Cazin renouvelle d’une manière puissamment originale le traitement des thèmes empruntés à l’Ancien Testament.

Ici, la scène se déroule dans un vaste paysage qui évoque davantage les dunes de Picardie que l’âpreté du désert de Palestine. La douceur du relief, le verdoiement de la végétation soulignent le caractère symbolique du récit : la solitude dont souffrent Agar et son enfant, condamnés à errer dans le désert, bien que réelle, apparaît comme une solitude morale, résultant de l’isolement et du déracinement auxquels ils sont désormais soumis. Le traitement pictural de l’œuvre, où reliefs et volumes sont vigoureusement modelés grâce à un jeu de hachures parallèles, est caractéristique de la sensibilité de Jean-Charles Cazin, qui s’exprime au travers de tonalités sobres, limitées ici à une gamme de beiges et de verts.