UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Décor pour l’escalier d’honneur du Grand Théâtre de Tours

CLAIRIN Georges-Jules-Victor

Paris, 1843 - Belle-Île-en-Mer, 1919

Décor pour l’escalier d’honneur du Grand Théâtre de Tours

Huile sur papier marouflé sur toile

H. 70 cm. L. 116 cm.

Don de des Amis de la Bibliothèque et du musée des Beaux-Arts de Tours.

Notice complète

Lors d’une vente aux enchères organisée au Château de Vaux-le-Vicomte, les Amis de la Bibliothèque et du Musée des Beaux-Arts de Tours se sont porté acquéreurs, pour le musée des Beaux-Arts de Tours, d’une peinture de Georges Clairin réalisée vers 1888-1889 comme esquisse pour le décor de l’escalier d’honneur du Grand Théâtre. Elle est composée en trois parties représentant, à gauche, une scène de théâtre au Moyen-Âge ; au centre, Le Cardinal du Bellay présentant Rabelais à François Ier ; et à droite, des célébrités tourangelles (Alfred de Vigny, Trousseau, Avisseau). Cette huile sur papier marouflé sur toile mesure 70 cm de haut sur 116 cm de large.

Le Grand Théâtre de Tours, inauguré en 1872, a été ravagé par un incendie en 1883 et reconstruit pour être de nouveau inauguré en 1889. C’est à Georges Clairin que la Ville de Tours confia la totalité du décor peint de ce nouveau bâtiment. Il réalisa les grandes toiles qui ornent, outre le mur du palier de l’escalier d’honneur, le plafond de ce même escalier, Triomphe de la Touraine (œuvre pour laquelle le musée conserve déjà une esquisse d'un style très proche de celle qui vient d'être acquise), le plafond de la grande salle à l’italienne, Allégorie de la Danse, de la Musique et de la Tragédie, et enfin celui du foyer, Allégorie du Commerce, de l’Industrie et des Arts.