UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret n°2021-1059 du 7 août 2021 modifiant le décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, depuis le mardi 10 août pour tous les musées de la Ville de Tours un pass sanitaire est exigé pour les personnes de 18 ans et plus. Depuis le 30 septembre 2021, le pass sanitaire est également obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans. Le contrôle du pass sanitaire sera effectué dans les mêmes conditions que pour les personnes majeures. Le port du masque reste actuellement obligatoire.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Paysage de Loire

DEBAT-PONSAN Edouard-Bernard

Toulouse, 1847 - Paris, 1913

Paysage de Loire

Huile sur bois

H. 35 cm. L. 50 cm.

Son Simone Morizet, 1929

Inv. 1929-1-1

Notice complète

Cette vue de Loire est la première œuvre de l'artiste entrée dans les collections du musée grâce au don de la fille cadette du peintre et de ce fait, revêt une importance particulière.

Tout d'abord en raison de ses qualités esthétiques, ensuite parce qu'elle devait précéder la généreuse donation accordée par Simone Morizet-Debat-Ponsan en 1981.

En s’installant en Touraine, Debat-Ponsan découvre la beauté du fleuve qui s’étire entre les coteaux, son cours parsemé de grands blancs de sable et sa lumière tantôt violette, tantôt bleuissante.

Exécuté en plein air d’une touche nerveuse, ce petit panneau transcrit avec subtilité l’atmosphère vaporeuse de ce paysage archétype de la Touraine. Aux vastes panoramas, l’artiste va souvent préférer les espaces donnant une impression d’intimité. Tel est le cas de cette vue fractionnée par des lignes de fuite qui s’entrecroisent, construisant un univers entrecoupé de mares où se reflètent le ciel et les boqueteaux de saules.