UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Portrait du père de l'artiste (1856)

LEGROS Alphonse

Dijon, 1837 - Watford, 1911

Portrait du père de l'artiste (1856)

Huile sur toile

H. 73 cm. ; L. 62 cm.

Don de l'artiste 1869

Inv. 1875-3-1

Notice complète

C'est en souvenir de son ami le peintre Jean-Charles Cazin, conservateur du musée des Beaux-Arts de Tours de 1869 à 1871, que Legros fit don de cette œuvre. Elle reprend le Portrait d'Erasme de Hans Holbein (musée du Louvre), artiste copié aussi bien par les Romantiques que par les Réalistes pour avoir associé le quotidien et le surnaturel, deux sources d'inspiration qui sous-tendent l'ensemble de l'œuvre de Legros.

Cette peinture, la première de l'artiste présentée au Salon (1857), l'engage dans le clan des Réalistes grâce à la critique élogieuse de Champfleury, auteur, la même année, du manifeste Le Réalisme. Ici, le critique retient la fermeté du dessin, sa précision et l'harmonie de la couleur : Legros est ainsi introduit chez Courbet et dans un large cercle de peintres et d'écrivains réalistes comprenant Bonvin, Ribot et Duranty.

Le peintre décrit son père, clerc de notaire, de façon à la fois objective et intuitive. Dans une de ces compositions austères et rigoureuses bien caractéristiques de l'artiste, les détails physiques et matériels sont peints à l'aide de touches juxtaposées sans heurt qui reflètent le ton local dans une harmonie ambrée.

© MBA Tours, cliché Patrick Boyer