UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Vue du château de Loches ou Jeanne d'Arc à Loches (1819)

MILLIN DU PERREUX Alexandre Louis Robert

Paris, 1764 - Paris, 1843

Vue du château de Loches ou Jeanne d'Arc à Loches (1819)

Huile sur toile

H. 115,5 cm. ; L. 165,5 cm.

Dépôt de l'Etat, 1819. Transferts de propriété de l'Etat à la ville de Tours, 2010

Inv. 1819-1-1

Notice complète

Millin du Perreux est formé auprès des peintres Huet et Valenciennes au paysage historique, cependant il est probablement le premier paysagiste à aborder le passé national. Ses œuvres à la facture minutieuse contribuent à développer le goût pour l'histoire de France et le paysage sentimental qui se manifeste dès le début du siècle. Fort apprécié de l'Impératrice Joséphine, protégé des Bourbons, il est nommé membre de la commission des Arts et obtient la Légion d'Honneur.

La Vue du château de Loches réalisée en 1819, est inspirée à l'artiste par un voyage en Touraine en 1813. Millin rapporte de son circuit en Touraine le sujet d'un autre tableau consacré à Loches, exposé au Salon de 1814 (Vue du château de Loches et de la tour d'Agnès Sorel, localisation inconnue) et, comme celui du musée de Tours, prétexte à l'évocation d'une anecdote historique. Si le tableau de 1814 rappelle les amours de Charles VII et d'Agnès Sorel, celui de 1819 convoque une figure féminine emblématique du lieu, celle de Jeanne d'Arc qui pourtant n'apparaît pas dans le titre principal mais dans le sous-titre du catalogue du Salon de 1819.

Après avoir fait lever le siège d'Orléans, Jeanne d'Arc est reçue par Charles VII. Ainsi, en introduisant comme motif principal de la composition une scène historique dans un paysage observé d'après nature, Millin répond aux recommandations de son maître Valenciennes pour rendre "un paysage intéressant par son ensemble et ses détails ; et attendu que les figures que vous y placerez ne devront être qu'accessoires relativement au genre, ne les faites ni trop grandes ni trop petites".

Cependant l'artiste accorde autant de soin à la description du château qu'à celle des personnages, des costumes et des végétaux, ceux-ci représentés avec une précision de botaniste.Le caractère narratif de la composition, son traitement minutieux, les contrastes de lumière et de couleur trouvent un écho dans l'appréciation formulé par Vivant Denon à propos des peintures exposées au Salon de 1810, et qui résume les lois de ce genre pictural nouvellement apparu sur la scène artistique : "Le dessin, l'expression, les convenances, l'étude des temps et des costumes, il (Révoil) a su réunir dans cet ouvrage à la finesse du pinceau des flamands, le goût et l'élégance des français."

Présentée au Salon de 1819 qui consacre le triomphe de la peinture de genre et celle des troubadours, l'œuvre reçoit les éloges de la critique. Pour autant, et malgré l'estime dont bénéficie l'artiste, l'œuvre n'entre pas au musée du Luxembourg, inauguré l'année précédente et réservé aux artistes vivants, signe que le genre troubadour est entré dans son déclin.

© MBA Tours, cliché Gérard Dufresne