UA-10909707-12

Info

Info
COVID-19 Pass sanitaire
En application du décret du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, à compter de mercredi 21 juillet, le pass sanitaire est exigé pour toute personne de 18 ans et plus, afin d'accéder aux équipements culturels et sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes en simultané.

Le muséum d’Histoire Naturelle, le musée des Beaux-arts, le musée du Compagnonnage et le Château de Tours sont concernés par cette mesure.
Nos équipes mettent tout en œuvre pour faciliter et fluidifier votre accueil. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération lors des contrôles à l’entrée des établissements.

> > > 19e siècle

19e siècle

Un bras de Seine près de Vétheuil (1878)

MONET Claude

Paris, 1840 - Giverny, 1926

Un bras de Seine près de Vétheuil (1878)

Huile sur toile

H. 57,7 cm. ; L. 72 cm.

Legs Mme Camille Lefèvre, 1975

Inv. 1975-1-1

Notice complète

Provenant de l'atelier du peintre, l'œuvre fut donnée vers 1930 par un de ses fils (Michel ?) à l'architecte Camille Lefèvre en remerciement de la construction de la salle des Nymphéas à l'Orangerie des Tuileries, puis léguée au musée des Beaux-Arts de Tours par Mme Camille Lefèvre.

Après avoir quitté Argenteuil, Monet va vivre, de 1878 à 1889, à Vétheuil, une période marquée par des soucis financiers et la disparition prématurée de sa femme. Sa peinture empreinte de tristesse développe une gamme inhabituelle de tons gris.

La Seine décrit à Vétheuil une large boucle parsemée d'îles boisées. Monet se déplace dans son bateau-atelier, ou s'installe sur l'une des petites îles, ou bien traverse le fleuve pour prendre position sur la berge opposée. Wildenstein, qui répertorie quatre Bras de la Seine près de Vétheuil, date le tableau de Tours de la fin septembre 1878. Il pourrait s'agir du travail dont témoigne Ernest Hoschédé dans une lettre à sa mère datée du 23 septembre : "Je plains fort Monet parti après déjeuner pour travailler dans les îles car il pleut averse en ce moment".

Gustave Geffroy note qu'il est alors avant tout un peintre des bords de l'eau, réussissant "à analyser la couleur toujours changeante, toujours mouvante de l'eau qui court dans les rivières..., il montre cette couleur faite de l'état du fond, de l'état du ciel et des reflets des objets".

© MBA Tours, cliché Gérard Dufresne